COMMUNIQUE de la GL-AMF du 11 juin 2011

Publié le par César du bar de la marine

Communiqué de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française

Le 11 juin 2012

 

La déclaration des cinq Grandes Loges européennes qui retirent avec tristesse leur reconnaissance à la GLNF n’est pas une surprise. Comme nous l’avions annoncé il y a quelques jours d’autres vont suivre. La date choisie pour le faire montre qu’elles ne croient plus aux vertus d’une solution interne quel que soit le résultat d’un vote éventuel, le 23 juin ou plus tard.

En réalité nos Frères suisses, belges, autrichiens, allemands et luxembourgeois considèrent qu’après l’effondrement irrémédiable de ce qui fut pendant longtemps l’obédience régulière de référence en France et la perte d’image qui en a résulté pour la maçonnerie traditionnelle, il est temps de travailler à la recomposition de la Maçonnerie française. C’est aujourd’hui une nécessité absolue.

L’Alliance partageant totalement cette vision  a entamé des contacts avec toutes les parties concernées, en Europe et dans le monde, depuis un certain temps déjà. Elle échange avec elles sur le sujet, et travaille à la fixation d’un cadre pour l’avenir. Le cinquième paragraphe de la déclaration exprime d’ailleurs le soutien et la compréhension  de nos Frères européens envers ceux qui ont déjà, ou vont quitter la GLNF pour rejoindre la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Le rôle que celle-ci devra jouer est basé sur ses spécificités qui la placent au centre de cette indispensable refondation. En effet, elle n’est pas structurée autour d’un seul Rite, qui serait particulièrement dépendant de son système de Hauts Grades. C’est une des raisons d’être de son système de Maisons de Rites, qui est le garant de cette indépendance obligatoire pour bénéficier de la  Régularité et de la Reconnaissance, en offrant une terre d’accueil à des spiritualités  diverses dans leur relation au G.A.D.L.U. C’est cette spécificité qui nous différencie des  autres obédiences françaises qui reposent sur des conceptions  laïque ou mono-rite de la spiritualité.                                                                                                              

Parallèlement la retenue, la discrétion et l’absence d’implication politique de certains de nos Frères français rendent le dialogue avec eux tout à fait justifié. Ils sont à notre avis plus prés de nous que les thuriféraires d’une GLNF qui a trahi ses fondamentaux dans un triste mélange des genres. Les Grandes Loges européennes, auxquelles il faut ajouter la Pologne qui vient elle aussi de retirer sa reconnaissance, nous disent ainsi clairement à leur manière qu’il est temps de regarder ailleurs et autrement, sans pouvoir être accusées d’une quelconque instrumentalisation, ni ingérence.

Méconnaitre cet état de fait serait une faute historique, et nous remercions nos Frères européens de l’avoir si bien compris et exprimé.

Mais restons prudents. Cette recomposition du paysage maçonnique ne sera pas instantanée. De la même manière, s’il est vrai que les critères de la reconnaissance doivent rester intangibles, il n’en est pas moins vrai que l’implosion en cours de l’obédience qui en bénéficiait montre bien qu’il va falloir concevoir des barrières adaptées pour éviter de telles dérives à l’avenir. C’est précisément ce que la GL-AMF a tenté de mettre en place dans des statuts qui sont aujourd’hui mis à l’épreuve de la vie associative et maçonnique des Frères qui la rejoignent en masse et la rejoindront demain encore plus nombreux. C’est ce qui en fait depuis sa création un acteur incontournable dans ce débat.

Il doit être clair pour tous les Frères que cette déclaration des Grandes Loges européennes marque la fin d’une époque : celle de la GLNF. Elle ouvre  les portes d’un avenir de la franc-maçonnerie française à construire avec toutes les Grandes Loges régulières du monde, dans laquelle la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française aura toute sa place, et pourquoi pas avec d’autres, et sera à la hauteur des exigences que requiert la franc-maçonnerie universelle.

Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française

http://www.gl-amf.org

 

xxx

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joaben 13/06/2012 15:55

Non-scoop : cette déreconnaissance est annoncée depuis 8 mois ! D'ailleurs nombre d'ULR-GLMAF pretendaient que c'etait deja fait.

Quoi de neuf alors ?
- un buzz avant l'AG du 23 juin.
- un rappel encore plus explicite de la responsabilité de l'equipe Stifani et pas seulement des "desordres" comme l'annonce la GLUA.
- une annonce que la cible visée pour la reconnaissance est la GLDF.

Ce dernier point est celui qui souleve le plus de polemique, polemique aggravée par la dissimulation inélégante à laquelle procede GLAMF de ce fait.

Inélégant et maladroit, car le procédé ne peut qu'attiser la méfiance. Mais aussi parce que GLAMF, comme souvent, ne sait pas saisir ce qu'il peut y avoir de positif :

- GLDF est comme GLAMF sous forte "influence" des juridictions de rite et ca ne semble visiblement pas gêner les 5 GL europeennes.
- Le coup porté à la GLNF peut servir par ricochet GLAMF.
- Sur un tout autre plan, si cette perspective eloigne l'espoir d'une reconnaissance GLMAF, ca en eloigne aussi les contraintes et favorise l'ouverture vers un projet maçonnique spécifique, autre
que copie de GLNF et ouvert à la FM française qui est tout de même plus proche de nous que la FM anglo-saxonne.

Gilgamesh 13/06/2012 10:07

Erratum pour la descente de charge de notre GM (GLDF), c'est ce samedi que se tient le convent et l'élection du nouveau GM. Vous comprendrez donc pourquoi il n'y a eu aucune réaction officielle !
Mais je ne doute pas que l'annonce récente des GL Européennes va susciter des conversations sur les parvis de la rue Puteau…

Fraternellement.

César du bar de la marine 13/06/2012 22:16



Cette annonce ne va pas faciliter la vie de la GLF !!!!!



Gilgamesh 12/06/2012 11:27

@phoenix

Pour être à la GLDF depuis 15 ans, je peux te dire que l'immense majorité des FF.: n'ont, ni le souhait de la reconnaissance de la GLUA, voire même connaissance de son existence !!!

Nos préoccupations sont toutes autres et nous sommes bien heureux de maçonner en paix dans nos ateliers, même si nous avons été affectés par le séisme engendré par FS depuis ces nombreux mois, mais
heureux de pouvoir recevoir au grand jour ceux qui nous ont visité.

Cela étant dit, je comprends votre souhait de retrouver la reconnaissance de la GLUA puisque cela fait partie de votre "culture" et "développement" maçonnique.

Gardons chacun nos particularités, même si nous pratiquons pour certains le même rite, c'est ce qui fait la richesse de la Maçonnerie Française, mais surtout évitons de soulever des polémiques qui
n'ont pas lieu d'être et continuons à nous respecter.

Notre GM va d'ici 1 mois descendre de charge, sachant qu'un GM à la GLDF n'a qu'un mandat de 3 ans, et que cela m'étonnerait fortement que son successeur s'attaque à un tel chantier de
reconnaissance de la GLUA, vu la positon de la majorité des FF.: , d'une part, et du travail qui concerne directement notre Obédience d'autre part !

Fraternellement

César du bar de la marine 12/06/2012 18:10



Merci pour cet avis de l'intérieur. Il vient conforter de nombreuses opinions émanant de nos diverses obédiences.



Michel GASSOT 12/06/2012 08:13

Il me semble que le problème de la GLDF est au delà des visites interobédentielles, je crois savoir (je ne l'affirmerais pas) qu'un certain nombre de FF. ont une double appartenance GLDF-GO et le
choix va pour ceux-ci être difficile, plus que pour certains le choix de quitter la GLNF car eux n'ont rien à reprocher à leurs obédiences.

phoenix 11/06/2012 22:03

Voilà qui est fait... et cela est bien.

Par contre, simple Maçon de base, j'ai un peu de mal à saisir toutes les finesses diplomatiques de ce regard appuyé en direction de la GLDF qui est mono-rite, et dont je connais (pour l'avoir
pratiquée 15 années) le grand désir de bénéficier enfin de la reconnaissance de la GLUA.
Ce désir je le répète est extrêmement important et partagé en particulier dans l'esprit de ses plus hauts responsables, le tout sous la houlette du SCDF, et cela fait de nombreuses années que ce
sujet transparaît dans le contenu des convents annuels.

Quant au GOF il a quelques micro problèmes de mixité, et ce serait un excellent prétexte pour que la GLDF rompe les ponts...

Maintenant si cela n'était pas possible(attention toutefois..!), la France serait alors un territoire vierge de toute maçonnerie régulière reconnue et la GLAMF aurait alors toute sa place à prendre
, mais si la GLDF était reconnue ce serait un catastrophe pour la GLAMF et les Juridictions dont dépendent ses Frères!

Le SCDF me semble avoir a tout à gagner,et c'est bien lui qui décidera ce qu'il adviendra et c'est un peu cela qui me fait peur, mais je ne suis pas un politique, je ne suis, je le re-dis qu'un
tout petit Maçon de base.

Avec toute mon affection fraternelle.

César du bar de la marine 12/06/2012 00:50



Pour un "petit maçon de base" tu analyses bien les situations. Toutefois je pense que  de nombreux ff de la GLF ne sont pas d'accord pour les conditions
de la reconnaisssance