Décryptage du "manifeste des frères anciens" - Du Stifanisme sans Stifani

Publié le par César du bar de la marine

  

Au moment même où ceux qui, il y a peu, de comportaient en apparatchiks  dociles de l'EX et qui maintenant font campagne, sollicitent des déclarations de soutien et organisent de grandes réunions dans leur province pour se présenter en nouveaux chevaliers blancs, les mêmes, probablement, font circuler un "manifeste pour une renaissance", qui réécrit l'histoire de manière particulièrement manipulatrice.

 

Notre Frère Bruno Martin, du Myosotis Occitan, met à notre disposition  un décrytage précis (paragraphes en rouge), dont César souligne la qualité :  

 

 MANIFESTE POUR UNE RENAISSANCE

 

DECRYPTAGE

 

Le constat - sévère - que nous devons dresser de notre maison commune, la GLNF, ne concerne pas seulement ses élites, ses dirigeants, mais à divers degrés, tous ses frères.

Il faut avoir la lucidité d'analyser ses dérives, dues tant à l'évolution de ses structures, à la forte croissance de ses effectifs, et aussi, à la montée en puissance des systèmes de Perfection souchés sur la GLNF par les rites gérés par elle.

 

Dès le premier paragraphe les « FF Anciens » annoncent une cible extérieure, au prix d’une interprétation acrobatique des relations entre la FM obédientielle et la FM initiatique.

A titre personnel je me présente aussi en « ancien » (17375), et j’ai vu d'année en année la montée en puissance de l’Obédience, bien plus marquée que celle des juridictions, plutôt discrètes, où se sont réfugiés des FF que les dérives de l’Obédience ont fait fuir.

 

La réponse à la question des « FF Anciens » est elle-même dans l’exposé des faits : la croissance des effectifs s’est faite sur cette finalité de croissance qui n’a rien à voir avec les idéaux professés. Elle résulte non pas d’une aspiration spontanée de cherchants que leur quête aura amenés devant la porte du Temple, mais d’une politique de recrutement déterminée et peu regardante sur la spiritualité des candidats.

Les élites (autoproclamées), et autres dirigeants, ont transformé la GLNF en « pompe à finances », et en outil d’un pouvoir verrouillé. Le système pensé par C. Charbonniaud, a été proprement mis en oeuvre par J-C. Foellner, puis il est devenu fou avec F. Stifani, dont la raison n’a pas résisté au formidable instrument que l’on a mis entre ses mains. Les mauvaises actions portent toujours le germe de leur sanction.

  

Pourtant, la GLNF avait pour ambition de présenter le visage de la Maçonnerie Régulière en France, et aussi, compte tenu du nombre de profanes partageant les spiritualités des religions du Livre, et d'autres, de porter haut les valeurs initiatiques de notre Tradition, en puisant dans ce fonds.

La Grande Loge Nationale Française, notre espace commun, a été  abondée, ces dix dernières années, par des quantités de profanes, jeunes, motivés, assoiffés des valeurs que nous mettions aux frontons de nos temples : fraternité, spiritualité, a- dogmatisme, ésotérisme, respect du devoir, de la hiérarchie, des Anciens.

Il conviendrait ici de lire : recrutement sans discernement de pensionnaires à 500 € par an. Résultat : Un turn-over élevé.

Des FF sincères qui s’en vont, remplacés par des profanes pas sérieusement concernés, ou pire, intéressés, que la profanation des valeurs n’émeut pas, et qui contribuent à renforcer l’appareil dont ils entendent se servir.

 

Ces profanes sont  profondément marqués par les valeurs que nous prétendions véhiculer, respect du travail, en tant que valeur essentielle de l'Homme, respect de la hiérarchie, en tant que traduction de la valeur reconnue des Anciens, « blanchis sous le harnais » et détenteurs d'un certain Savoir Initiatique, pratique d'une fraternité active, allant jusqu'à l'accompagnement de nos frères  mourants et de leurs épouses désemparées. Le respect des Anciens Devoirs, parce que c'était notre Devoir, ne se discutait pas, et c'était bien ainsi.

Un hiérarque qui plaide pour le respect de la hiérarchie, une hiérarchie qui inspire tout sauf le respect, plutôt le mépris de son goût des ors, des décors, et de titres ronflants.

 

Mais le monde a changé...

C’est vrai ! Bien sûr ! Mais la gouvernance en place dépourvue de vision autre que métallique ne s’en est pas aperçue. Les seules évolutions, ou tentatives d’évolution, sont nées des protestations, et surtout pour les faire taire, en lâchant le moins possible sur le fond. 

 

  

Toutes ces valeurs, que nous portons, nous paraissaient naturelles, mais sont profondément décalées par rapport à celles du monde profane. Ce peut être un élément attrayant pour nos profanes, mais aussi un facteur dissolvant, et non partagé par une petite minorité d'entre nous, attirés plutôt par nos valeurs de « fraternité », nous dirions de « complicité » et nos valeurs « d'entr'aide », nous dirions de  « collusion ». La Maçonnerie, utilisée comme un « réseau » de plus, n'a pas introduit chez nous que des adhérents à nos valeurs, mais aussi des « passagers clandestins » nous utilisant sans vergogne.

Réduire à une dérive marginale l'arbitraire, l'apparat, le train de vie, la flagornerie politique, les prébendes, qui se sont imposés au plus haut niveau de l’Obédience, c’est encore prendre les FF pour des imbéciles.

 

Comment faire le partage ? Sommes-nous donc si divers que nous devions renoncer à vivre ensemble ?

La fonction de Grand Maître, jusqu'alors consensuelle, car s'appuyant sur des valeurs communes et partagées, véhiculant par essence des valeurs d'autorité, a commencé à se trouver en opposition avec des valeurs autres, proposées par d'autres hiérarchies, supposées mieux fondées.

Il est vrai que dans l'histoire de la Maçonnerie, la naissance des systèmes de perfection des rites, au XVIIIeme siècle, s'est structurée autour d'un certain élitisme, devant l'envahissement des Loges symboliques par le « tout-venant » des classes moyennes de la bourgeoisie de l'époque.

Mais historiquement, la Franc-Maçonnerie, héritière des Confréries de Maçons du Moyen Age, et de la Compagnie des Maçons de Londres, est complète de par ses trois degrés symboliques. C'est notre patrimoine le plus cher et le noyau dur de notre Confrérie Initiatique. Les systèmes de Perfection ont une réelle valeur initiatique, mais leur structure n'est en rien opposable à la GLNF. Dans ce domaine, chacun doit savoir rester à sa place.

Un historique qui oublie simplement que ce sont les LL qui sont à l’origine des GGLL. Un détail ! Un détail difficile à intégrer dans le raisonnement des « FF Anciens ». Donc on n’en parlera pas.

La méthode qui consiste à démarrer l’Histoire là ou elle sert un raisonnement, pour l’arrêter là où elle se retourne contre ses conclusions, est simplement malhonnête.

 

La GLNF ne peut pas, par les temps qui courent, et ne doit pas, ne s'appuyer que sur les valeurs d'autorité qui nous étaient jusqu'alors, familières. Il nous est nécessaire, parce que les frères appartiennent aussi à la société civile, intégrer dans nos valeurs des idées de participation aux décisions, formant ainsi un consensus, je dirais, un « contrat social » servant de base, éventuellement à des décisions d'autorité.

En un mot, l'autorité ne peut émaner d'un homme seul, fût-il éclairé, mais d'un Initié appuyé du Conseil des meilleurs de nos Frères. Il ne s'agit pas de mettre en place une démocratie directe, mais une espèce de « méritocratie » fondée sur l'expérience des meilleurs, non pas choisis par l'arbitraire du Prince, mais par un consensus large. Si les Maîtres de l'Atelier choisissent leur Vénérable, il doit y avoir un aréopage de Sages qui vont choisir leur Grand Maître. De même que le Vénérable ne choisit pas les Maitres de son Atelier, le Grand Maître ne peut choisir les frères qui l'éliront…

La L, dont le rôle n’est pas évoqué par ailleurs, est opportunément prise en exemple quand les « FF Anciens » ont besoin d’invoquer son organisation pour faire approuver par l'évidence une transposition de cette organisation.

La mission d’initiation et de transmission de la L. est unique. Cette mission, et l’organisation qui la sert, ne sont pas transposables en l'état au service d’un autre objet.

 

Ce sont les réformes de base à mettre en œuvre.

Mais comment sommes-nous arrivés progressivement à une telle catastrophe, car, il ne faut pas se le cacher, cette situation laissera de profondes traces, même après l'élection d'un nouveau Grand Maître. Plus personne, dans les Loges, dans les Provinces, dans la Grande Loge, ne pourra invoquer des arguments d'autorité, et ceux qui auront été les premiers à montrer l'exemple de la désobéissance en seront sans doute les premières victimes.

 

Là, nous ne ne comprenons pas ce que veulent dire les « FF Anciens ». Ou bien nous hésitons à comprendre qu’ils prêteraient aux protestataires des ambitions qui seraient à l’origine des problèmes de la GLNF ? Protestataires depuis le début des « évènements », nous avons vu quelques ambitions se manifester mais très peu. Parmi nous et autour de nous, personne n’a rien demandé, et personne ne s’est entendu promettre quoique ce soit.

  

Et puis c’est une réaction trop convenue de la part d'un pouvoir contesté de repousser la contestation en la taxant d’ambition : « ils veulent la place, bien sûr ! ».

  

En l’occurrence, ceux qui nous ont conduit à la ruine paraissent plus déterminés à conserver leur place que les protestataires ne le sont pour la leur prendre.

  

Pour ce qui nous concerne, nous demandons d’abord le départ des dirigeants actuels compromis avec Pisan. Qu’ils déposent leurs tabliers et regagnent les colonnes.

  

A ce titre, le geste des FF qui se sont levés le 4 décembre 2009 revêt une haute portée symbolique.

 

On perçoit ici que les « FF Anciens », jugent subjectivement les protestataires selon leur propre échelle de valeurs.

 

Le constat des dysfonctionnements de l'Obédience a été fort bien fait par la Commission de Réconciliation en Juillet 2010. Il suffisait simplement de mettre en application ses préconisations, en mettant autour d'une table toutes les sensibilités sans exclusive, et de mettre en application – de suite dans les statuts les changements. Hélas, une temporisation mal venue a cassé l'élan de ces réformes attendues.

 

Il existe au moins une preuve flagrante de la manipulation des résultats de cette consultation. Ces résultats ont été torturés pour leur faire dire ce qu’ils ne disaient pas, et pour conclure que finalement les FF ne voulaient pas vraiment le départ de Mr Stifani !

  

Dans la réalité, ce sont plus de la moitié des LL qui demandait son départ, soit  immédiatement, soit en décembre 2010 pour lui permettre de sauver la face.

 

La focalisation sur les dérives autocratiques d'un homme ne peuvent pas, à elles seules, expliquer l'état de déshérence de l'Obédience. Même si l'homme n'a pas gouverné la GLNF sagement mais avec à peu près et beaucoup de maladresses, sans constance au travail, et avec un recours exagéré aux médias, cela ne méritait pas de casser ce bel outil, car nous en sommes presque là.

Non pas à lui seul. Les élites (autoproclamées) et de nombreux dirigeants nommés ont accompagné et relayé l’entreprise de démolition.

 

Et même, on peut relever que c’est à Mr Stifani, à ses outrances, à sa vulgarité, à son inculture maçonnique, que nous devons d’avoir pris conscience du désastre dans lequel ses deux prédécesseurs nous avaient plongés par leurs sournoises modifications de nos statuts et règlement.

 

Ils sont 3 perfides, qui ont consciencieusement instrumentalisé ce qu’il y avait de plus noir chez nombre d’entre nous pour constituer les troupes d’un appareil à leur dévotion dont ils seraient inexpugnables.

 

Il y a un fossé qui se creuse et qui ne sera jamais comblé ; les frères viennent chercher en Loge Fraternité, Recherche initiatique, Chemin d'amélioration, mais aussi une structure censée être dirigée, à tous les étages, par des frères pondérés, désintéressés, économes de leurs cotisations, et Maîtres d'eux, et qui sont, par rapport à leur recherche, des « facilitants ».

Les « FF Anciens » oublient seulement « humbles » (après avoir oublié les Loges).

 

La structure obédientielle permet les échanges entre Loges, entre rites, entre régions, favorise la formation maçonnique générale, permet la péréquation financière qui autorise le financement des Temples dans toute la France.

Attention au patrimoine constitué de dizaines d’années de cotisations des FF, qui s’est trouvé redistribué à la GLNF de façon beaucoup moins dispersée.

 

C'est la GLNF, dans sa structure Ordinale (quel Ordre ? obédientielle) qui doit être le ciment entre les rites, le lien entre les Loges, entre les Provinces.

 

Oui, mais toujours ces confusions. Depuis quand la GLNF est-elle un Ordre ? Depuis que les Constitutions de la GLNF ont été titrées « Constitutions de l’Ordre » ? Sur une simple modification de rédaction ?

 

C'est par la structure obédientielle qu'est donné à chaque Vénérable Maître le pouvoir de diriger sa Loge et de créer des AA des CC et des Maîtres.

 

 

Sans blague? Ce qui est dit ci-dessus, c’est le résultat obtenu après des années de dérive obédientielle. Mais, il n’est pas possible d’accepter comme référence "a posteriori" une situation créée de toutes pièces par ceux-là mêmes prétendent l'imposer. Nous ne sommes pas hommes à nous laisser imposer la logique du rapport de forces et du fait accompli familières à Pisan!

 

Oser dire que c'est l'Obédience qui donne au VM  le pouvoir d'initier est un non-sens directement issu de l'intention des 3 derniers locataires de Pisan. Le GM n'a "ès qualité" aucun pouvoir d'initiation. Comment pourrait-il l'attribuer à d'autres?

 

Nous réaffirmons que les LL préexistent, et que les VVMM sont bien les seuls Chefs de l’Ordre maçonnique universel. Le VM est installé par son prédécesseur. Le reste est une invention de l’Obédience pour exister, puis pour briller, et enfin pour s’approprier le pouvoir.

 

C'est l'Obédience qui consacre les Loges  et donne leur Patente, consacre les bannières, par des rituels particuliers.

Cf. ci-dessus.


C'est l'Obédience qui tient la matricule des Loges, des Provinces, conférant ainsi à chaque membre, le sentiment d'appartenance à un grand corps reconnu internationalement comme tel.

 

 

C’est exagérément exploité, mais à peu près vrai. Et c’est tout.

 

Non, la structure obédientielle n'est pas une coquille vide, c'est la condition de notre rayonnement et de notre implantation géographique. C'est aussi l'outil administratif qui permet, par sa structure de bénévoles, d'économiser les salaires d'une vingtaine de salariés au siège.

 

 

Nous n’osons pas imaginer ce que serait alors le montant des cotisations !

 

Le  phénomène Internet, qui a favorisé la circulation d'une information truquée, tronquée, souvent tendancieuse, dans la plupart des cas injurieuse, nous met en face d'une nouveauté qu'on n'aurait jamais imaginée.

 

En effet, mais nous tenons à la disposition des « FF Anciens » tous les échanges depuis Janvier 2010. Si les Myosotis ont été critiques, il n’en reste pas moins que l’insulte, la vulgarité, ne dominent pas du côté des protestataires mais bien du côté des voix de Pisan. Tout cela est aisément vérifiable. Faites l’effort de les lire.

 

Les noms des frères ont été divulgués publiquement, ce qui est un motif de radiation en Maçonnerie Régulière, par violation du serment le plus élémentaire, celui d'Apprenti.

 

Le nombre élevé de motifs de radiation de Mr Stifani et de ses affidés pour manquements à l’éthique maçonnique est consternant: dispositions politiques, religieuses, levées de l’anonymat, débordements médiatiques, injures, prébendes, sanctions arbitraires, train de vie, apparat grotesque de péplum, relayées et soutenues plus ou moins servilement par des collèges provinciaux complices ou désorientés.  

  

Nous, nous sommes pour l’inventaire ! et il ne suffira pas à ceux qui ont, à leur manière, « bourré les urnes »  lors des AG de se cacher derrière Mr Stifani pour dire avec les « FF Anciens » : Mr Stifani a été mauvais mais ce n’est pas possible qu’un seul homme ait fait autant de mal, le ver était dans le fruit avant lui.

 

Sans doute! Mr Stifani n’était pas seul. Il était en effet entouré des élites (autoproclamées) et de dirigeants. Et d’où que vienne le ver, il est arrivé aux environs de 1997, et il convient de l’éradiquer.

Ceci étant dit, nous convenons que nous-mêmes protestataires sommes coupables aussi, pour ne pas nous être suffisamment intéressés à ce qui se passait dans les coulisses du pouvoir, pour avoir respecté sans discernement une autorité dévoyée, cette autorité que semblent ici regretter nos « FF Anciens ».

 

Désormais, quel que soit le Grand Maître futur, quelles que soient les tendances qui gouverneront la GLNF, elles seront sous le feu des blogs et de leur anonymat. Jamais on n'aurait cru possible de telles divulgations, de telles haines, de tels mensonges de la part de gens qui se disent les frères de ceux qu'ils accablent. L'exemple a été donné, la leçon sera retenue : pour « avoir le pouvoir » à la GLNF, il suffit de se mal conduire.

 

Ce paragraphe est intellectuellement malhonnête puisque sa lecture donne à penser que « la haine », les « mensonges », sont l’apanage des blogs, assimilés globalement aux protestataires. Nous avons évoqué plus haut le comportement des voix et blogs de Pisan.

 

A relire avant de tenir de tels propos.

 

Autre mauvais exemple désormais validé par les faits : à la GLNF, on n'est plus obligé d'obéir, on peut ne reconnaître que ce qui nous convient, il suffit d'invoquer de soi disant dérives pour justifier sa propre conduite. Un Vénérable pourra envoyer son Grand Maître Provincial promener avec des prétextes fort variés, un officier Provincial pourra ne pas reconnaître son Grand Maître Provincial qui l'a pourtant nommé, on pourra ne pas obéir au Grand Secrétaire, au Grand Trésorier ou à tel officier national, au prétexte qu'on ne le reconnaît pas pour tel.

Désormais, en Maçonnerie, on n'est plus obligé de reconnaître son frère pour Maçon, mais seulement ceux qui vous conviennent, du même rite, de la même coterie, de la même opinion etc... L'universalité de la Maçonnerie est battue en brèche alors que beaucoup de profanes nous rejoignent précisément pour cela.

Encore une malhonnêteté intellectuelle. Nos « FF Anciens » procèdent ici à un amalgame qui ne peut être involontaire. Mais il s’agit de l’antienne de Pisan. Autant dire leur profession de Foi, or :

La désobéissance à un ordre inique est un devoir.

Le serment prêté devant un homme qui le reçoit au nom de la FM universelle n’est pas prêté à l’homme, et si tel est le cas, il s’agit d’une perversion de type sectaire.

En l’occurrence les élites (autoproclamées) et dirigeants ont modifié les textes pour donner au GM de l’Obédience une dimension quasi divine, invoquée en son temps par le GOrNat lui-même.

Cette monumentale dérive efface le fait que l’homme qui officie n’est qu’un véhicule, et qu’aucun serment ne peut nous lier à sa personne, "a fortiori" lorsque lui-même trahit à tour de bras nos idéaux communs de Fraternité, et de Tolérance, lorsqu’il qu’il sombre dans l’arbitraire et le sectarisme, au nom de la défense de ces mêmes valeurs, réduites à des mots dans lesquels il a compris qu’il peut enfermer une population confiante par essence.

 

Une fois encore, cela ne concerne pas que Mr Stifani. En effet, je pense aussi qu’il ne pouvait pas faire autant de mal tout seul, et les « FF Anciens » qui ont « fait tourner la boutique », et qui appellent aujourd’hui à ce nème rassemblement, devraient s'interroger sur leur responsabilité pour avoir laisser naître et se développer ce nœud de vipères à Pisan.

 

Les Principes qui ont régi notre Maçonnerie, respect des serments, respect de l'autorité légitime, respect des statuts, ont vécu. Cette épreuve de bientôt deux ans les aura tués.

 

Sauf que l’autorité évoquée n’est pas légitime. La vacance du pouvoir à la GLNF est admise par tous ceux qui n’évoluent pas dans l’orbite de Pisan, lesquels sont trop intéressés à sauvegarder leurs positions acquises.

 

Et tout le monde sait que, si nous ne respections pas les statuts, la Loi nous aurait désavoués. Ce qui ne fut pas le cas au contraire. Les statuts seront en effet réformés mais légalement.

 

Il n’y a pas de désobéissance quand il y a vacance du pouvoir et que les statuts, règlement intérieur et constitutions sont respectés.

 

Fallait-il que pour saccager ainsi notre Maison, les enjeux dépassent largement les errances d'un homme, fût-il Grand Maître ? Certainement.

D'autres enjeux, plus souterrains, plus cachés aux yeux des frères des Loges se dévoilent progressivement. Enjeux de pouvoir, enjeux hiérarchiques, prétentions hégémoniques des systèmes de Perfection à vouloir régir les grades et degrés symboliques ? Peut être, sans doute un peu... Prétention des frères parisiens à avoir une main sur la gestion de l'Obédience, au motif qu'ils ont, avec le siège, une proximité géographique ? Sans doute...  Rejet des « Intrus », frères de la Côte (d'azur) qui les ont privé depuis bientôt dix ans de mettre les doigts dans le pot de confiture ? Pourquoi pas ? Prétention du REAA d'exercer un quasi monopole d'implantation dans certaines provinces, dans certaines villes, au point d'en interdire l'accès à d'autres rites ? Certainement... Influence discrète mais certaine du GODF et de la GLDF, par des taupes et agents doubles infiltrés ? Sans aucun doute... Le venin dissolvant est à l'oeuvre, et les fossoyeurs à pied d'oeuvre.

En de nombreuses années, les seules volontés hégémoniques que j’ai observées sont celles de l’Obédience : c’est bien elle qui a tenté de récupérer les rites, de les lisser, de les mixer au mépris de leur génie spécifique pour en faire un salmigondis sans intérêt initiatique, mais récupéré par l’Obédience. 

 

Tous les prétextes, tous les motifs ont été bons pour alimenter le brasier de la discorde, de la rancœur, des calomnies. La GLNF est la seule entité qui fait vivre ensemble 45 000 frères, mais qui empêche aussi la zizanie par sa structure ordinale. Pour venir à bout, non du Grand Maître, mais de la structure qui gène les « rénovateurs », les « refondateurs », il fallait saper les fondations centenaires, provoquer l'insurrection, la désobéissance, installer la chienlit ; certains l'ont même écrit ouvertement : du chaos renaitrait un monde nouveau, « solve, coagula », mettant ainsi « leur » Ordre à la place du nôtre. On a même vu des gens « gros bras » ( indignes d'être appelés « frères » ) interdire manu militari l'entrée du Grand Temple à 200 frères venus assister à une tenue....

Les « FF Anciens », se rendent-ils compte de ce qu’ils disent ?

La GLNF est la seule entité qui nous fait vivre ensemble! C'est en effet ce qu'elle aurait dû faire, préserver l'harmonie propice aux échanges. Mais force est de constater que la gouvernance à laquelle nos « FF Anciens » disent avoir participé en leur temps, a échoué face à cette mission centrale de l’Obédience. Bien au contraire, elle  a causé par ses dérives, ses manquements, ses abus insupportables, perturbé l'harmonie jusqu'à l’explosion de notre unité.

Et malgré cela, nos « FF Anciens » prétendent réduire les comportements ignobles de Mr Stifani, servilement relayés par ses cadres, à quelques maladresses. Des maladresses qui, pensent-ils, ne justifieraient pas tant de rancœur, calomnie, etc.

La calomnie n’est pas nécessaire avec les membres de cet appareil corrompu. Ils ont toujours une vilénie d’avance. Et on peut voir au moins autant de rancœur dans les propos de nos « FF Anciens » à l’encontre de juridictions, discrètes, dont beaucoup de FF n’apprennent l’existence que bien après leur initiation, qu'ils accusent de tentation hégémonique.

Quant à la structure elle-même, contrairement aux sentiments que l'on persiste à nous prêter, elle ne nous gêne pas. Elle a besoin d'être revue en fonction des besoins réels de fonctionnement harmonieux des LL, bien sûr, mais ce sont surtout les apparatchiks qui nous gênent. Ils nous font honte. Ils doivent regagner les colonnes, ou bien partir.

Quant aux « gros bras », les seuls que j’aie jamais vus protégeaient Mr Stifani contre un danger potentiel que nous représentions ( !). Encore une fois, les « FF Anciens » analysent nos comportements en fonction des leurs. Et pour contenir 200 FF réunis, il aurait fallu beaucoup de gros bras, ou très peu d’autorité et de conviction chez les FF repoussés, à moins qu'ils ne doutent de leur légitimité.

 

Après le constat, que faire ?

Nous en sommes au point où désormais, il faut faire campagne électorale pour se faire élire Grand Maître... C'est une nouveauté ! Bien évidemment, c'est parfaitement contraire à la Tradition Maçonnique, et revendiquer ouvertement les suffrages de ses frères aurait été, autrefois, un motif pour, précisément, ne pas les obtenir... Il faut être très imbu de sa personne ou parfaitement inconscient pour s'estimer soi-même capable de diriger notre Maison....

 

Autrement dit, c’est très bien comme c’est. Bravo nos « FF Anciens », c’est très bien avec un SGC à géométrie variable, impuissant à censurer le guide malgré ses manquements à répétition à nos fondamentaux, et à notre règle en 12 points.

 

Cela n'a-t-il pas été le cas en plusieurs occasions, sans poser de problème? Sauf par exemple au candidat contre Foellner que celui-ci a empêché de s'exprimer, puis exécuté, avant que la justice ne lui rende tous ses droits. Mais bien sûr,  BREVES n'en a pas parlé.

 

Mais enfin, les membres du SGC se rendent compte que la protection de Mr Stifani dont le comportement tourne au délire, est devenue impossible. Il les plombe.

Mais comment alors faire partir Mr Stifani sans perdre les acquis,  sans abandonner la place ?

 

Ah ! une idée : ils vont s’inscrire dans une réaction modérée, imprégnée d’une sagesse apparente,  sans trop céder sur le fond, qui ne manquera pas de rassurer tous ceux qui ont peur de perdre quelque chose, ou peur tout court.

 

Cela s’appellera « Le Collectif des FF Anciens ». Cela devrait rassurer la clientèle.

 

 

Passé cela, des échéances nous attendent, et il faudra bien passer sous les fourches caudines du vote des Loges.

Il y a une instance, le Souverain Grand Comité, qui est, dans les statuts, chargé d'élire le Grand Maître. Il est composé de frères anciens, qui ont pratiquement tous plus de 15 ou 20 ans de Maçonnerie. Notre Ordre est basé, à l'instar des Confréries du Moyen Age, sur le mérite, l'ancienneté, la valeur reconnue au service de la GLNF.

 

Les « FF Anciens » avancent ici des contrevérités flagrantes:

Les nominations au SGC de charrettes entières de FF sachant voter utile aux AG, suffisent à montrer combien leur assertion relève du mensonge (vérifier pour cela les N° matricules...). Parler de mérite après cela, il faut oser, ou bien nourrir le plus grand mépris pour ceux qui sont supposés le croire!

 

Ils connaissent aussi le nombre d’officiers « d’honneur » ou « passés », complètement inutiles au plan initiatique, mais précieux au plan obédientiel pour noyauter les LL.

Lesquelles LL sont, je le répète, étrangement absentes des propos de nos « FF Anciens ».

 

C'est sur ce système que repose la légitimité du SGC. Certes, la Grande Loge est sur-représentée, qui relève de la nomination exclusive par le Grand Maître. Hélas également, le mode de scrutin est à la majorité simple, ce qui fait qu'en cas de candidatures multiples, le futur Grand Maitre pourrait être élu avec 20 % des voix, par exemple, ce qui ne lui conférerait pas une légitimité suffisante aux yeux des Loges, et ainsi continuerait la descente aux Enfers...

 

Cela va mieux en le disant, enfin, mais c’est dommage d’en profiter pour placer le problème des candidatures.

On pourra tout aussi bien dire que le SCG, supposé représenter 1% de l’effectif des membres de la GLNF, chaque membre disposant d’une voix, pèse très lourdement sur les votes devant 1500 LL (env.) qui ne disposent que de 2 voix chacune.

400 voix pour les 400 membres du SGC, soit 13% des 3.000 voix concédées aux 1.500 LL, et encore à condition que toutes puissent venir, parce que les membres du SGC sont, eux, bien présents, et savent qui les a nommés. Et les LL dites d’excellence, les LL fantômes qui n’ouvrent pas faute de FF, mais qui votent, s'ajouteront aux votes utiles à Pisan.

Imaginons la représentation des votes du SGC dans les AG avant 2010, quand la participation des LL à l’AG était inférieure à 500 FF. Il est aisé de comprendre que le SGC a dû, à quelques reprises, représenter une majorité absolue à lui tout seul, et que tout ce qui s’est fait au cours des 15 dernières années l’a été avec son approbation.

Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. En l’occurrence, il s’agit de se rappeler que le 4 décembre 2009, ils ont été 34 FF du SGC à se lever et poser leurs tabliers pour engager courtoisement ce que l’on pourrait assimiler à une procédure d’alerte.

Trente quatre FF ! disons même 10% des membres du SGC ! Seulement !

Et maintenant les 90% qui n’ont rien fait, qui sont restés silencieux devant les éructations et ordures débitées par Mr Stifani, pourraient enfin se mobiliser à l'heure du danger, pour la défense de leurs titres. Finalement, la pérennité de la GLNF, ce n'est pas tellement leur affaire.

 

A partir du moment où le Grand Maître a choisi de remettre son mandat au SGC, et non pas « de remettre son mandat en jeu » ce qui ne veut pas dire du tout la même chose, on est fondé à penser que nous devrons élire un nouveau Grand Maître en Septembre comme c'est la coutume depuis toujours à la GLNF les années d'élection.

 

 

Les « FF anciens » sont un peu seuls, avec Mr Stifani, à penser que la Gde Maîtrise peut être dissociée de la Présidence de l’Association. Cette trouvaille sortie de l’imagination fertile du guide, l’autoriserait à rester GM malgré tous les textes qui disent le contraire, et qui précisent la consubstantialité des deux charges. Ce qu’ont bien compris de très nombreux FF qui, plus nombreux chaque jour, le déclarent haut et fort, à l'instar des juridictions, et des GGLL étrangères.

 

Donc pour faire court, selon les « FF Anciens », Mr Stifani serait encore GM malgré sa démission, parce qu’il le dit. Et s’il le dit c’est que c’est vrai, et si cela n’est pas vrai, on fera comme si parce que l’on est lié par un serment prêté devant un homme, et non pas à cet homme, qui a bafoué toutes les valeurs qu’il était chargé de défendre! Mais quand même!

 

Cela s’appelle la "forfaiture" pour l’un et l’aliénation pour les autres dont l’incapacité critique est éminemment suspecte, ou bien relève d’un conditionnement mortifère.

 

Mais on ne dégage pas un consensus propre à apaiser le chaos en une après-midi de discussion au Souverain...

Il faut qu'il y ait un candidat de la GLNF, comme c'est la tradition, mais qui ne peut être un proche du GM sortant, et l'ayant cautionné dans tout son mandat ; ce ne peut être un de ceux qui, par personnes interposées, a mis le feu à l'Obédience en utilisant des méthodes mafieuses ; ce ne peut être un dignitaire de la GLNF qui a montré son irrespect de nos traditions, ses refus d'obéissance, usant d'arguments spécieux ou juridiquement infondés ; ce ne peut être qu'un frère d'expérience, modeste, qui a servi depuis longtemps cette Maison, qui s'y est dévoué en dépit de son métier, de sa famille, qui y a sacrifié ses intérêts pécuniaires, désintéressé et respectueux de nos Principes Ordinaux. Ce doit être unanimement un grand Maçon, une figure initiatique propre à cristalliser sur sa personne les aspirations et les espérances de TOUS les frères.

Bref, ce ne peut être quelqu’un de courageux, puisque la qualité que l’on exige de lui sera de s’être tu, d’avoir été incolore, inodore, et sans saveur, et de n’avoir en rien agi jusqu’à présent, quelles qu’aient été les occasions de le faire. Un F transparent et docile, pour changer!

 

Cela ne se trouve pas en dix minutes...

 

 

Hélas ! Si.

 

Aussi, nous sommes un certain nombre de frères qui pensons que devraient se tenir avant Septembre 2011 des Assises de Renaissance, qui regrouperaient SANS EXCEPTION, tous ceux qui, depuis douze ans, ont gouverné l'Obédience en tant que Très Respectables Frères, c'est à dire, Anciens et Actuels Grands Maîtres Provinciaux, Anciens et Actuels Assistants Grand Maitre, Anciens et Actuels Grands Inspecteurs, Trésoriers et Secrétaires, Anciens et Actuels Députés Grand Maître, ainsi que les Anciens Grands Maîtres. Cela représente l'essence de ceux qui ont œuvré sur le terrain : parmi ces membres, pas de nominations d'honneur, de passés, de convenance ou de copinage. Tous ces frères ont « donné » pour la GLNF, leur temps, leur argent, leur disponibilité, et sacrifié du temps familial et quelquefois professionnel, à la bonne marche de la GLNF... Comment les suspecter d'appartenir à des coteries, et de ne pas prendre en compte l'intérêt général de la GLNF qu'ils ont toujours servie ?

 

Nous n’aurions jamais été aussi loin que nos « FF anciens » sur ce terrain, mais ils nous en donnent l’idée.

 

Nous proposons donc, et au contraire d’eux, que les FF qui ont participé plus de 6 mois à la gouvernance de l’Obédience au cours des 15 dernières années soient exclus d’office de toute participation au processus de refondation, et retournent sur les colonnes pour réfléchir sur le Devoir, le Courage, l’Hypocrisie.

 

C'est une voie de sagesse qui permettrait de proposer au SGC un consensus des Anciens, comme dans une Loge, les Anciens Vénérables proposent leur candidat à la Chaire du Roi Salomon...

Réunissons ces Grands Frères en conclave, un week end au calme, dans un environnement apaisant, et formons, comme dans nos Loges une unanimité de bon aloi, hors des querelles, des clans et des factions. Proposons cette solution équitable pour tous, de quelque tendance à laquelle ils appartiennent actuellement, pour pouvoir réparer les blessures, et remettre la maison en ordre de marche.

Nous devons susciter un consensus large, sans quoi la GLNF continuera de rouler vers l'abîme.

Ceci n'est pas une pétition , c'est un cri d'espoir que nous lançons pour tous ceux dont le cœur saigne de voir la Maison que nous aimons aller vers sa perte. Relayez cette idée, parlez-en autour de vous ; elle est équitable pour tous et honnête, et pourrait être LA SOLUTION...

 

Et voilà les mots, les envolées lyriques, avec lesquels les apparatchiks nous font marcher depuis des années. Des mots qui ne sont pour eux que des discours électoraux répétés à l’infini, qui ne les engagent en rien, et que leurs comportements et attitudes trahissent tous les jours.

 

Un Collectif de Frères Anciens.

Le Myosotis Occitan

 

En conclusion: nous sommes devant une fausse barbe qui tente de cacher le sauvetage de ses acquis par une élite (autoproclamée) et quelques dirigeants, prédateurs d’une population d’environ 40.000 Francs-Maçons trop longtemps confiants et crédules.

 

Mr Stifani est un Frère, tous les hommes le sont, mais il n’a jamais été un FM. D'autres l'ont été mais l'ont oublié.

 

Mr Stifani est entré en FM avec le dessein arrêté de profiter de la pusillanimité de FF idéalistes attirés par la beauté des idéaux professés, idéaux auxquels lui-même, ses semblables et ses hommes, sont parfaitement hermétiques.

 

Il s’y est repris à 2 fois (DH, puis GLNF) avant de trouver l’institution la mieux apte à permettre l’épanouissement de ses ambitions profanes. C’est vrai qu’à la GLNF le ver était déjà dans le fruit : Mr Stifani n’était pas le premier prédateur, et ceux qui l’avaient précédé ont rapidement identifié en lui l’un des leurs qu’ils ont rapidement associé à leur machination.

 

Et les « FF Anciens » ne sont peut-être que « d’anciens FF », (in)dignitaires (élites et dirigeants) qui font entendre la voix de la réaction pour sauver leur mise.

Ne nous laissons pas abuser. La Renaissance que proposent les "FF Anciens", c'est la leur, pas celle de la GLNF qui n'est finalement pour eux pas si mal comme elle est, sauf Mr Stifani... Il faut bien faire la part du feu!

 

Finalement leur offre, dépouillée de son emballage, se résume à du stifanisme sans Stifani!

 

La Fraternité ne nous exonère pas de notre obligation de vigilance.

 

 

 Bruno MARTIN

Commenter cet article

yonger 19/06/2011 08:25


j'ai été initié le 11 avril 1975 et démissionné par le célèbre Foellner J.C. qui a mis en place son ami Stifani avocat dans toutes ses sociétés ainsi que Sidéry également dans les très nombreuses
sociétés de Foellner qui a également mis son fils comme président de la S.A. La Truelle ??????
Belle mafia bien organisée.
J'ai déposé plainte pour escroquerie à mon encontre contre Foellner J.C.
Voir également l'affaire GASTON au Luc en Provence....


César du bar de la marine 19/06/2011 10:23



Attention mon F. aux accusations sans preuves, elles sont contre productives et dangereuses. Par contre, si
tu en as, fais nous les passer par le lien direct.



Lukas Ramel 31/05/2011 18:15


La valeur n'attend pas le nombre des années. En quoi le qualificatif d'ancien dont se prévalent quelques uns a-t-il une quelconque légitimité ? Je n'évoquerai pas la sénilité qui nous gagne tous
avec l'âge, non cela infamant. J'évoquerai tout simplement que le fait que nous en sommes arrivés à la situation présente est de la responsabilité des anciens qui entendent aujourd'hui en nous
rejoignant sauver leur prébande. En effet, ces sages éclairés et pour le moins naïfs, n'ont rien vu venir... Sans doute aveuglés par trop de lumière. Si nous en sommes-là, c'est aussi parce que les
mêmes anciens ont recommandé aux jeunes de leur faire confiance. C'est là notre erreur... Ils étaient bonhommes, ils sont maintenant roués...
Alors leur appel ne vaut pas grand chose...
Je ne suis pas certain que l'on puisse faire du neuf avec de l'ancien comme disait ma grand-mère couturière.
Bon je ne vais pas faire du jeunisme ou du gagatisme. Simplement, l'âge ou l'ancienneté ne peut être un quelconque critère en maçonnerie. Nous sommes de toutes les générations à nous être opposé à
M. Stifani et son clan contre les mêmes anciens qui nous vouaient à tous les diables... Et maintenant, ils nous appellent à avoir recours à eux... Ils nous prennent pour des bizuts ?
Allez les anciens (de l'appel), passez la main proprement, c'est tout ce que l'on vous demande : en échange on ne vous fera pas de mal et l'on prendra bien soin de vous.
Lukas Ramel


César du bar de la marine 31/05/2011 19:47



Pour César vois-tu le qualificatif d'ancien était gage de sagesse car ils n'avaient plus rien à prouver... 


 


César est un ancien par exemple, il est vrai, mais comme on dit en émulation, "en ce temps-là ils avaient confiance en leurs maîtres" et on a rien vu
venir... On a suivi le mouvement pas du tout aveuglé par la lumière mais parce qu'on y croyait sans se douter qu'on pouvait ainsi être roulés dans la farine; tu es quelque peu dur en les mettant
tous dans le même panier... 



La Truelle 27/05/2011 16:24


Mon Bon Ami,
Merci pour cette perpétuelle recherche de la vérité dans l'info.
Et dire que la propagande de "L'AUTRE" cherche à vous faire passer pour des destructeurs de la glnf, assoiffés de revanche et que sais je encore.
J'en connais un (bien muet ces derniers temps du reste) qui ferait mieux d'en prendre de la graine.
Pace e Salute


César du bar de la marine 27/05/2011 18:14



Dont acte   Merci, Mon BAF La Truelle !



Le Batchimale 27/05/2011 14:35


TCF,Cher César,
Ce manifeste est un brouet amer mitonné à l'eau de vaisselle et au rutabaga par des "grosses légumes blanchies sous le harnois"dont le seul souci est de préserver leurs tabliers.
Décidément:ils nous ont pris pour des jambons,ils nous prennent pour des jambons,ils continueront à nous prendre pour des jambons si nous les laissons tirer les marrons du feu.
Fraternellement


César du bar de la marine 27/05/2011 15:37



César a bien peur que tu aies raison. Nous aurons a décider si nous voudrons encore du
Stifanisme, après le départ de Stifani.


 


Cela dit, comme il l'avait promis, il te confirme que ce n'est absolument pas des anciens qui entourent Jean MURAT. Après une conversation loyale et
sincère il a reçu l'assurance que tout ce qu'il faisait ou disait, il n'avait rien à cacher et qu'il n'était absolument pour rien dans cette initiative malheureuse.


 



Un lecteur 27/05/2011 10:20


Bien qu'étant un ancien puisqu'entré en FM en 1979, donc il y a 32 ans, je suis en désacord profond avec ce document d'un groupe d'anciens anonymes.
A la lecture du paragraphe exposant ce que doit être le futur GM de la GLNF j'ai la très nette et désagréable impression que ce manifeste est téléguidé par Jean Murat puisque ce paragraphe fait
pièces de tous les reproches qui lui sont faits quant à son attitude depuis 2009.


César du bar de la marine 27/05/2011 11:19



11h19 : César est aussi un ancien... Et il n'est pas du tout d'accord bien entendu avec ce manifeste. Quant à dire qu'il émane des groupies de Jean
MURAT... Il t'en laisse la responsabilité mais comme il a des relations fraternelles avec cet ancien là, il s'empresse de poser la question et pourra te répondre d'ici ce
soir... 


 


15h00 : Comme promis, mon Frère l'Ancien, et sans prendre parti en quoi que ce soit, juste par honnèteté fraternelle, César vient de le vérifier et
confirme de source sûre qu'il ne s'agit absolument pas d'un manifeste téléguidé par Jean MURAT qui n'utilise jamais l'anonymat pour exprimer ou faire exprimer ses
idées.