FS - BALO.. - LE VICE DE RAISONNEMENT VOLONTAIRE ...

Publié le par César du bar de la marine

 

Mes frères,

 

Ayant reçu les Brèves, nous sommes profondément scandalisé par les techniques de raisonnement volontairement viciés mises en œuvre par ce clan Stifani-Balo...

 

Aussi, nous reproduisons ici un article de notre homologue de Neustrie, lui aussi choqué, et qui dénonce de tels procédés

 

Fraternellement

César

 

« Nous y sommes habitués, quelque part, mais cela lasse de plus en plus de frères et la réception de ces Brèves à répétition conforte l'opposition à la pseudo direction de l'obédience, dans sa marche pour le bon droit.

 

Voilà que le grand conseil, qui vient d'on ne sait où ! et sûrement pas des statuts, règlements ou même constitutions de la GLNF, se prend pour un juge suprême qui seul sait appréhender les résultats de la justice de notre pays. Avec le contrôle et le pouvoir de FS et du sire Baloup maîtres es science du sophisme.

 

Après avoir tourné en ridicule, ou tenté de le faire, la Cour d'Appel de Paris par une pirouette en s'auto proclamant Président de l'Association (par des membres nommés par lui !) voici que cette équipe de "bras cassés", tente d'intimider, une fois de plus, en exigeant le paiement des cotisations 2010/2011 et même 2011/2012 !

 

Lisez ce texte absolument irréel !

 

Paris, le 20 janvier 2012

Un délibéré était attendu le 19 janvier 2012 à 17 heures dans l'action engagée contre l’appel des contributions exceptionnelles 2010/2011 et 2011/2012 émis par Maître Monique Legrand, contestés par B, D, G, G, L, L, L, M, Q, U, G, B, M et A, les mêmes 14 personnes membres de FMR qui s'acharnent depuis 2 ans avec Maître Teitgen à multiplier les procédures contre la GLNF.

L'Union des Loges Régulières Françaises (ULRF) s'est jointe à la contestation dans la mesure où  ses membres généralement adhérents  à  FMR-MYOSOTIS ont dans l'ensemble refusé de payer les contributions appelées par Me LEGRAND. L’ULRF a été déboutée dans la mesure où elle ne justifie pas d'un intérêt collectif de ses membres et qu'elle n'a pas à intervenir dans un conflit interne au sein d'une autre association. L'ULRF a donc été déclarée irrecevable.

Les 14 membres de FMR ont été déboutés de leurs prétentions et condamnés in solidium au paiement de la somme de 5000 Euros de dommages et sur le fondement de l'article 700 du NCPC.

Ce délibéré confirme la légitimité des appels de ces contributions (cotisations) 2010/2011 et 2011/2012 dont la validité est confirmée par décision de justice.


Selon le principe de droit énonçant que « nul ne peut violer le contrat que nul ne l’oblige à souscrire », l’appartenance à la GLNF résulte en effet d’un acte librement consenti par chacun de ses membres qui se sont engagés à respecter les règlements de l’Ordre, ce dont ils ne peuvent s’affranchir sous aucun prétexte, sauf à se placer de fait en dehors de l’Obédience.

Le Secrétaire du Grand Conseil

 

Signé par un secrétaire du grand conseil tous les deux absolument irréels ou plutôt complètement illégaux. 

 

La première partie de ce texte est exacte, et comme tout pouvoir autocratique le fait  souvent, il exploite cela afin d’essayer de rendre  acceptables des affirmations fallacieuses, et de faire gober l’ensemble !

 

C'est le cas de la partie fallacieuse concernant les contributions (cotisations) sur-lignées par nous en jaune.

 

Car voici le texte exact du référé sur ce point des cotisations.

 

"SUR LA DEMANDE RECONVENTIONNELLE :
Mme LEGRAND, ès qualités nous demande, sur le même fondement, de l’autoriser à appeler à titre provisionnel les cotisations de l’association, au titre des exercices comptables 2010/2011 et 2011/2012.


Cependant elle ne justifie pas que les conditions de l’article 809 § 1 du Code de procédure civile soient remplies.
Au demeurant, conformément aux ordonnances du président du tribunal de grande instance de Paris qui l’a désignée et qui a fixé sa mission, elle a convoqué l’assemblée générale de l’association GLNF qui pourra dès le 4 février 2012, conformément à ses statuts, déterminer le montant des cotisations à appeler pour les années en cause."

 

C'est clair, NON ?

L'Assemblée Générale est souveraine et décide de l'appel et du montant des cotisations.

Et ce n'est ni un "guide", ni un grand machin, ni un salarié de la GLNF, ni un affidé nommé et encore moins un mandataire ad' hoc qui peut imposer sa "loi" aux membres d'une association.

COMMENT faut-il le dire ?

 

Mais il est évident que nous avons à faire à des individus qui ne veulent pas entendre puisqu'ils n'ont dans les yeux qu'un seul symbole :

 

Tout est préparé pour "virer" tous ceux qui ne sont pas dans la ligne du "parti unique", mais n'oublions pas que la justice sera là en dernier ressort et qu'il est indispensable de prévenir FMR de ces radiations, suspensions, mises en sommeil, de fait toute ordonnance illégales.

 

Nous prendrons nos responsabilités lors de la Convention Nationale de l'ULRF samedi 28 janvier.

 

Continuez à vous inscrire en individuel à l'ULRF.

Nouveau : Adhésion individuelle en ligne

 

Fraternellement.

 

 

 

Commenter cet article

jeanyveslevet 22/01/2012 12:34

Mon Très Cher Frère,

tu trouveras ci-après le message que je viens d'adresser aux maîtres de ma Loge, à la suite d'une attitude scandaleuse de nos officiers provinciaux.
Nous y retrouvons mensonge, malhonneteté, truquage, petitesse. Tout cela étant avéré, et noir sur noir.

Le diffuser ne nuira pas à notre connaissance de leurs pratiques...


Mes Très Chers Frères


Comme vous le savez, suspendu en septembre 2011, je me suis présenté en Loge mardi dernier, car réunissant les conditions nécéssaires pour ce faire.

Le petit vopo provincial attitré de notre Loge était présent.
Car vous devez savoir que la Province envoie un délateur patenté dans toutes les Loges et à toutes les tenues, un collabo dont le seul devoir est de dénoncer ses frères. C’est que, dans le monde
profane et à certanes heures de l'histoire, certaines vocations ne peuvent s’exprimer à satiété.

L’indic est donc là et me sourit, il demande à me voir en privé.
Sans illusion sur la petitesse de ce qui s’annonce, je refuse donc la confidentialité : c’est devant les Maîtres de la Loge qu’il doit s’exprimer et justement, ils sont réunis.
Difficile de reculer mais il faut bien se dévoiler, et tenir son rang : après tout, Madame pipi est derrière la coupelle et la concierge dans l’escalier.
Le voilà donc au milieu des FF
Le sourire devient un peu plus dégoulinant de fausseté : « mon Frère, je t’invite à diner ailleurs avec moi, sinon », poursuit-il en s’adressant à mon Vénérable Maître, « je ne rentre pas en Tenue
avec vous mais fais un rapport et la Loge sera fermée dès demain ».
Nous y voilà donc : je suis pris en otage, car l’intérêt de la Loge et ses délégués à préserver passent avant ma personne.
Quant à l’invitation à diner, il s’agit d’un facilitateur d’intromission qui a déjà du beaucoup servir, j’aime autant m’abstenir et décliner poliment.

Cependant, je tiens à prouver clairement l’iniquité du chantage et la qualité du maître chanteur : je donne lecture à voix haute du Règlement Intérieur de la GLNF à mon interlocuteur.
Mais nous le savons bien, un larbin n’obéit qu’aux ordres du maître. Il persiste donc, et acculé dans les cordes, « pète les plombs », passant en revue son honneur, sa famille, etc. On évite
heureusement ses oreillons douloureux et les confidences scabreuses. Ce sera pour plus tard, pour sa fin de nuit arrosée.


Mais rendez-vous compte mes Frères : au bout de vingt cinq ans de maçonnerie, liberté de penser, non.
Ethique, non.
Equité, non.
Exigence, non.
Mais servilité.


Alors, je suis parti pour que ma Loge ne patisse pas de ma présence.
Du reste, le kapo n’est pas rentré non plus en Loge, car le mépris, c’est comme le respect, ça se gagne, et l’autre soir, il avait croisé le regard des Frères de la Loge. Alors évidemment, rester
lui aurait demandé du courage.
Aussi, quand je suis parti, il avait préféré rester au bar.
Evidemment.


Pourtant, seul au bar, il a réalisé qu’il était à pied et surtout sans voiture.
Me croirez-vous si je vous dis qu’il m’a demandé de le ramener chez lui ?
Finalement, il a poireauté tout le temps de la Tenue au même endroit, attendant les agapes de ma Loge et un chauffeur compatissant.


C’est donc vous mes Frères, qui avez assisté à son homélie poignante, qui m’avez rapporté ses propos, que je vais essayer de ne pas déformer :
« Tout ceci est un affreux malentendu » a-t-il expliqué, des sanglots dans la voix, « je pensais que notre Frère avait été condamné ou au moins convoqué. Aussi, j’en fais serment devant vous mes
FF, si ce n’est pas le cas, je reviendrai ici m’en excuser publiquement auprès de lui et devant vous tous ».
Bref, il ne manquait ce soir là que Rostropovitch derrière son violoncelle, le mur allait tomber. Il vous a ému !


Mais... il manquait aussi la parole, et d’autres choses comme vous allez le découvrir ci-dessous.

Car, deux jours plus tard, une lettre recommandée m’est parvenue, signée du secrétaire provincial et qui dit, je cite :
« Pour faire suite à l’ordonnance prononçant à ton encontre une suspension provisoire, je t’informe que le Grand Maître Provincial a demandé au Député Grand Maître Provincial de saisir le Conseil
de discipline Provincial afin d’engager une procédure disciplinaire te concernant. De ce fait, en application de l’article 16.2 paragraphe 2 des statuts et Règlement intérieur de la GLNF, « ta
suspension reste en vigueur jusqu’à notification de l’ordonnance entérinant une décision disciplinaire devenue définitive ».

L’information qui compte ici est que celui qui se fait appeler Grand Secrétaire a délibérément modifié le texte (que chacun peut vérifier sur Google « Glnf règlement intérieur ») : Voici le vrai
texte :
« Toute mesure de suspension à titre conservatoire ne peut excéder trois mois à dater de sa notification par lettre recommandée avec AR sauf si pendant ce délai, une procédure disciplinaire est
engagée à l’encontre du membre suspendu. Dans ce dernier cas, la suspension reste en vigueur jusqu’à la notification de l’Ordonnance entérinant une décision disciplinaire devenue définitive ».

Vous avez bien lu et remarqué : "...sauf si pendant ce délai..."
Il est donc parfaitement clair que, en l’absence de procédure engagée depuis le 03.09.2011, six mois, la suspension est caduque : j’étais bien fondé à me présenter en Loge.

Alors, stupidité, malhonnêteté, incompétence ? Je vous laisse juge mes Frères :
Comment considérer ce secrétaire qui, muni des petits ciseaux du corbeau, découpe cinq mots du texte pour faire dire autre chose à un règlement dont il est sensé être le garant ?
Quel qualificatif pour celui qui, d’une seule manipulation, déshonore à la fois son titre de maçon, son poste d’Officier, et ce qu’il est sensé représenter en général ?
Quelle idée avoir de celui qui est assez bête pour avoir imaginé qu’il ne serait pas pris la main dans le sac ?
En Provence, on dit, avec l’accent compatissant : PÔÔÔôôôvre garçon…


Bien, revenons à nos moutons, à savoir notre larmoyant futur repenti qui ne l’est plus, et qui constitue un autre archétype de l’OP lobotomisé maison, un autre pied nickelé de notre Dream Team
provinciale, elle-même à l’image de l’échelon supérieur

Il ne s’excusera pas, il l’aurait déjà fait. Et n’a pas même compris qu’il y aurait gagné un peu de dignité.
Problème : il a donné sa parole publiquement, alors que faire ? Soit se cacher et vous ne le verrez plus, soit prétendre refuser de lire le Règlement, histoire en plus de passer pour un âne, en se
cramponnant à un « ah mais moi, on m’a dit …».
Et « on », c’est, vous l’avez compris, notre inénarrable scribouillard. Sacrée paire que ces deux là !


Alors, quelle morale ?
Nous vivons une période où une maçonnerie qui n’en a plus que le nom s’étiole, forme flaque et croupit dans un jus indigne du compost de mon jardin, cette maçonnerie qui s’étale en page 2 de nos
convocations provinciales, mais aussi de plus en plus dans la presse.
Chaque jour approche ces justiciables de la roche tarpéienne, et ces sursitaires n’ignorent que la date d’exécution
Pour l’instant, du haut en bas de l’échelle, ils en sont réduits de plus en plus à truquer la lecture des règlements, à redire le droit à la sauce j’t’embrouille, à l’arrogance imbécile, et à
ressasser Brèves-Pravda qui leur dicte la pensée unique d’un homme qui ne veut que lui.

Déjà, l’ensemble du monde maçonnique, Grande Loge après Grande Loge, pays après pays, les rejette, non pas nous, maçons réguliers, mais eux, direction disqualifiée
De même que, - l’imaginions nous il y a deux ans ? -, les Frères de toutes obédiences, quelquefois mieux informés que les Frères de chez nous, compatissent, nous accueillent et encouragent.
Partout en France, mais malheureusement moins ici chez les frères de la Côte, les Frères se rencontrent, se reconnaissent, se regroupent.
Et les décisions judiciaires se succèdent, les miradors bardés de tabliers dorés tanguent sérieusement.
Le marigot est là, et que ce soit dans trois mois ou dans six, peut importe nous verrons bientôt les rats sauter à l’eau.


Il faut finir le travail.
Bien entendu, nous devons tous nous regrouper sous la bannière ULRF, adhérer en masse comme cela a été fait dans le reste de la France.
Et, autant que nous le pouvons, nous replonger dans le travail maçonnique dont la fange nous extrait malheureusement trop souvent.


J'espère mes Frères que cette spoliation de maçonnerie dont je suis aujourd'hui la victime nous servira à tous de leçon.
C'était le but de ce courrier.

Très fraternellement à vous tous.

jean yves levet

César du bar de la marine 22/01/2012 19:47



MBAF Jean-Yves,


Le récit que tu viens de faire est malheureusement très sympthomatique:



du comportement servile de quelques uns, des petits, des faibles, qui jouent les délateurs afin de se donner du pouvoir et de se valoriser aux
yeux, de la hierarchie locale.


du comportement de la hiérachie locale, qui connait les règles, mais qui sciemment en fait une présentation viciée afin de manipuler les FF et les
loges.


du comportement  des FF des loges, qui n'osent pas réagir, qui n'osent pas inviter le FF que tu es à rejoindre sa loge, malgré les pressions du
pouvoir local, qui au contraire se réfugient dans le deni de la réalité, qui ne veulent pas voir, pas entendre, pas dire.  Ils iront probablement jusqu'à dire "on ne savait pas".Lamentable
!




JPB 21/01/2012 14:37

Mon TCF César, mais qu'est-ce qu'ils sont "tordus" pour lire et interpréter de cette façon les jugements du tribunal ! Comment peuvent ils espérer parvenir à nous faire croire que leur lecture est
la bonne alors que nous avons lu l'inverse ? Comment quelques F. peuvent encore faire confiance à ces individus ? Il viendra bientôt le temps où il ne fera pas bon de ne pas s'être démarqué
clairement de ces gens là ... JP B(démissionné-membre d'une Loge mise en sommeil mais qui continue à travailler dans une belle harmonie)

César du bar de la marine 21/01/2012 15:04



Et en plus en Alpes Med , Daniel Jacq...  et Dominique Charp... envoient leurs affidés lire le texte de Stifani-Balo... dans les tenues
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Un véritable matraquage de la propagande stifanienne !



THIERRY 20/01/2012 20:49

Mon Cher César,
le pire que l'on puisse connaitre c'est qu'aujourd'hui, dans les Loges des Alpes Maritimes, des officiers Provinciaux ont la charge de lire les Brèves en Loge.
J'ai eu le plaisir de visiter une Loge cette semaine où le Vénérable avait demandé en Loge du milieu, de ne pas parler des agissement de FS afin de sauvegarder l'égrégore de la Tenue.
Que cela ne tienne, lors de la présentation des visiteurs, trois officiers étaient présents, du jamais vu dans cette Loge, un officier Provincial a demandé le maillet et a lu la Brève comme quoi,
FS devenu de nouveau Président de l'association, il était incontestablement GM.
Il s'en est suivi un brouhaha de la part des Frères.
Le Vénérable est intervenu afin de faire comprendre à cet officier que dans ce lieu sacré aucun Frère ne souhaitait entendre ce type de message car il ne correspondait pas aux valeurs
maçonniques.
Voilà aujourd'hui ce que la Province a trouvé comme moyen de communication. Thierry

César du bar de la marine 21/01/2012 11:52



Le clan stifani-Jacq... est acculé et sait très bien qu'il brule ses dernières cartouches. Ils sont prêts à TOUT pour cela.


Les pauvres OP disciples inconscients de ces gourous, et qui s'en rendent complices, sont vraiment à plaindre.



nomo 20/01/2012 20:28

B.A.F.
Pourtant il est de "notoriété publique" que F BAL... est un excellent juriste et un excellent M ...
je ne comprends plus !...

César du bar de la marine 21/01/2012 11:48



L'Histoire est pleine de ces personnages riches de nombreuses qualités pour lesquels le goût  et la drogue du Pouvoir, plus parfois  une
croyance  devenue extrêmiste, ont fait perdre la raison;