Les Hauts Grades s'ouvrent pour les FF de la Maison des Maçons Ecossais Rectifiés

Publié le par César du bar de la marine

Les portes des Hauts grades s’ouvrent pour les Frères de la Maison des Maçons Ecossais Rectifiés.

 

Mes Frères,

 

Dans notre article du 7 juillet, « RER – L’implosion continue », nous faisions référence au fait que nombre des FF de la Maison des Maçons Ecossais Rectifiés de l’Alliance, en particulier des CBCS, avaient à cœur de continuer leur progression dans les Hauts Grades, au sein de loges de Saint André et de Préfectures, mais qu’ils s’étaient alors heurtés aux fort  surprenantes décisions du GPRF.

 

Nous faisions aussi remarquer que le territoire français est caractérisé par un nombre important de Juridictions du RER, disposant d’une reconnaissance internationale.

 

A peine deux mois plus tard, nous prenions connaissance du  communiqué Phaleg du 4 septembre et le « Désarroi et paradoxe des loges Phaleg » qui découlaient des prises de position des Grandes loges européennes bloquant tout type de district.

 

Plus récemment notre blog avait appris la tenue et s’était fait l’écho d’une Convention le 6 octobre dernier, à l’initiative d’un comité de CBCS et autres FF appartenant déjà à des Hauts grades du RER, tous membres de la Maison des Maçons Ecossais Rectifiés de l’Alliance, en vue  d’évoquer les chemins possibles (voir lien : Le RER en voie de restructuration ».

 

Aujourd’hui, nous apprenons, qu’un accord vient d’être conclu.

  

En effet le-dit « Comité de la convention du 6 octobre » vient de faire savoir en interne qu’un accord a été  conclu avec le Grand Prieuré Reformé et Rectifié d’Occitanie, le GPERRO, en particulier avec le GM Provincial de la troisième Province d'Occitanie.

 

Cet accord permet, pour ceux des FF suffisamment qualifiés de la MMER,   qui le souhaiteraient, d’intégrer le Grand Prieuré Ecossais Réformé et Rectifié d’Occitanie. Ce qui signifie, dans un premier temps, création de loges de Saint André et de Préfectures "là où cela est possible ou nécessaire".

 

La recomposition de l’environnement maçonnique français va bouleverser les habitudes.

Et ainsi que nous le disions dans notre article du 17 septembre, «Négociations déjà engagées par les 5 GL avec la GLdF et la GL-AMF», l’avenir s’éclaire avec force et vigueur.

 

Cette porte qui vient de s’ouvrir pour les FF de rite écossais rectifié, n’est probablement qu’un commencement de ce qui se prépare  et émergera dans les mois et les 2 années à venir.

 

Fraternellement

César.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Brute...ad vitam aeternam ! 27/10/2012 19:13

Mon TCF César et vous tous mes FF

Ah César ! Depuis maintenant plus de deux ans, je viens assidûment fréquenter ton « bar de la marine ». Certes mes contributions ont été plus que rares, mais je suis un lecteur fidèle. J’ai lu, me
suis informé, j’ai essayé de comprendre et de me fonder une idée sur ce qui se passait au sein de l’obédience ou j’ai reçu la lumière. Il n’est point dans les us et coutumes de cette belle et
vielle confrérie de remercier mais, nonobstant cette tradition, soit remercié pour ce que tu as fait de ce blog. J’espère que tu as reçu ton salaire et que tu es content !

Il y a bien longtemps que je l’ai quitté cette obédience, persuadé que ceux qui ont présidé à sa destinée ces dernières années faisaient fausse route, dévoyaient les principes fondateurs et ne
cherchaient au fond qu’à flatter leurs vanités. Je l’ai quitté déçu, un peu amer et somme toute assez triste.

Puis je me suis-je me suis dit que j’avais été déçu certes, mais par certains maçons et pas par la maçonnerie elle-même. J’ai donc rejoint une autre obédience, un nouvel atelier et j’y « maçonne »
avec un immense bonheur, une grande sérénité et loin de toute cordonnite aigue !

Ce n’est pas pour autant que ce qui se passe aujourd’hui au sein de mon ancienne obédience m’indiffère bien au contraire et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord parce que ce qui touche des frères, parfois cruellement, me touche, également (oui, à quelques rares exceptions, dont les initiales fleurissent sur les différents post, j’ai toujours tenus
les membres de la GLNF pour frères !)

Ensuite, les dérives de certains ont rejaillis sur nous tous ! Les blogs Myosotis dans leur majorité, et le tient en particulier, auront eu le mérite de révéler que ces comportements déviants ne
constituaient une généralité acceptée par tous : « Il y a bien des poissons volants mais ils ne constituent pas la majorité de l’espèce… ».

Enfin ce vaste chambardement aura permis d’ouvrir un grand chantier celui de la recomposition du paysage maçonnique français qui ne fait que commencer : celui-ci nous appartient à tous, à chacun
d’apporter sa pierre à l’édifice.

Si la GLNF arrive à se reconstruire sur de nouvelles bases tant mieux ! Si JPS arrive à ramener la sérénité dans sa maison, à tourner la page du passé et à mettre les délires de « guide spirituel
autoproclamé, unique lien entre le GADLU et les hommes, etc…. » dans la poubelle de l’histoire : bravo à lui. J’ai néanmoins quelques doutes sur le succès de l’entreprise, les motivations de ceux
qui l’entourent et sur la sincérité de la démarche…mais ça c’est mon avis personnel et cela n’engage que moi ! Mis à part cela je suis quand même convaincu que la grande majorité des frères encore
présents sont en grande majorité des gens sincères et honètes.

Que les frères qui ont quitté le navire GLNF, qui prenait l’eau de toutes parts alors que le « guide » écoutait sur la passerelle la mielleuse mélodie que jouait l’orchestre des ses fidèles
affidés, pour porter sur les fonds baptismaux la toute jeune GL-AMF retrouvent le plaisir de travailler dans la paix et l’harmonie : ce ne serait que justice et c’est une aspiration légitime.

Que des obédiences « régulière » mais « non reconnues » travaillent de concert avec d’autres grandes loges européennes pour reprendre des relations normalisées et obtenir une future reconnaissance
: pourquoi pas…mais reste à voire sous quelles conditions et à quel prix…
Pour ma part et à titre purement personnel je ne fais pas de la reconnaissance internationale un cheval de bataille. Si l’idée de visiter une loge lors d’un voyage à l’étranger m’est assez agréable
dans l’idée, à tout prendre, je préfère aller faire un tour dans la loge du coin de la rue : cela m’arrive plus souvent. En bref, je préfèrerais pouvoir visiter un atelier de la GL-AMF ou les
recevoir que courir après l’éventualité de pouvoir visiter une loge au fin fond de l’Idaho ou, malheureusement pour moi sans doute, je ne mettrais sans doute jamais les pieds .

Albert Londres disait parlant de son métier : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans
une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie ». Cette citation peut être étendue à ceux qui
choisissent d’être des témoins au sens littéral c'est-à-dire ceux qui témoignent d’une situation relate les faits et cherchent à faire avancer les choses.

Le vilain Lumbago, qui me tient loin de mes activités habituelles, m’aura au moins permis de relire bon nombre de tes articles et de constater que ceux-ci sont de plus en plus épisodiques : c’est
dommage. Même si chacun poursuit sa route il est quand même bon de savoir comment les choses évoluent ici ou ailleurs mais aussi que la parole circule.

Fraternellement

César du bar de la marine 27/10/2012 23:31



L'équipe du bar de la marine, est très sensible à ton commentaire à la fois très construit et venant du fond du coeur. Nous le comprenons très
bien.


Cette crise de la GLNF, a provoqué beaucoup de déceptions vis-à-vis  de certains nos Frères que nous pensions connaître. Nous avons vu apparaître le
refus de voir, le manque de courage, le double jeu de certains des appartchicks dont les prises de positions habilement floues  et politiques permettaient  de miser sur tous
les tableaux.


Mais à toutes crises, aussi noire soit-elle, il y a des cotés lumineux. Cette crise nous a fait découvrir des FF d'une qualité remarquable, des FF
quisavaient voir, qui n'acceptaient pas le confort de la soumission, à un ordre établi indigne; des FF à travers toute la France, dont nous n'aurions jamais fait la connaissance sans la
crise.


Enfin, cette crise, nous a fait grandement murir. et elle a permis de mettre à jour les dérives de ce régime GLNF détourné au profit de quelques-uns avec la
complicité de beaucoup. Il est tout à fait regretable que la Brigade Financière n'ait toujours pas mener à terme son action. Mais nous gardons espoir.


Enfin l'implosion de la GLNF; a donné naissance à la création de l'Alliance.  Il restera toujours des imperfetions, mais à ce stade, les efforts et les
mesures, ont été conduits comme promis pour éviter les dérives de la GLNF et retrouver une fraternité réelle, loin de cette maçonnerie de parade, de cette course aux vanités érigée  par la
GLNF en système de gouvernance.


Enfin bis, cette crise nous fournit l'espoir de voir une profonde recomposition de la maçonnerie régulière en France, avec  la GLdF et nous l'espérons
nos FF de la GLTSO. NOus espérons vraiment que la démarche va aboutir.



Jak BOAZ 25/10/2012 21:41

Merci à toi l'Historien de Villiers de reprendre mon post avec toutes ces précisions de l'histoire. L'idée centrale était de souligner et rappeler la filiation fondatrice du RER dans l'histoire de
la GLNF puisque c'est à ce rite que fut fondée la première loge de la GLNIR et par voie de conséquence, le rôle de l'Helvétie en cela.
Ce qui est très intéressant avec toutes les précisions apportées dont je te remercie encore, c'est de constater les relations pour le moins chaotiques des différents protagonistes (souvent
constatée ente Hauts Grades et Obédience quel que soit le rite) qu'indiquent presque cent ans d'histoire de cette obédience pour tenter de mieux comprendre la nature de ces relations aujourd'hui
(impact pas nécessairement limité à la stricte relation au RER d'ailleurs).
Bien à Toi et à vous mes FF

César du bar de la marine 26/10/2012 11:42



OUI, le commentaire de notre FF historien est très interessant.


Revenant sur ton commentaire précédent, Tu nous as annoncé que la GLNF version Servel avait mis un stop au projet de Vert et Rouge  des FF RER de la
GLNF, et tu nous as même invité a aller vérifier. Ce que nous avons fait. Or les échos que nous avons recueillis ne vont pas tout à fait dans ce sens. Le "vert"  version GLNF serait
toujours d'actualité. Concernant le" Rouge" nos échos parlent d'un rapprochement avec le GPRF.  S'agit-il , pour reprendre ton expression, "du retour au bercail " GLNF version Servel, 
ou bien avons nous mal compris ce que tu voulais dire dans ton commentaire ?



l'historien de Villiers 25/10/2012 15:07

MBAF
Le commentaire de Jack Boaz contient un nombre d'inexactitudes historiques graves que je me dois de relever.
Ribaucourt, Bastard et Savoire ontbien été armés CBCS à Genève en 1910 par équivalence avec leur grade de 33e acquis dans les ateliers supérieurs du GODF. En tant que suisses, Ribaucourt et Bastard
avaient été initiés à Paris au sein d'une loge regroupant des savoyards, Les Amis des Allobroges devenue en 1905 Les Amis du Progrès dont Ribaucourt fut le VM de 1905 à 1908. Ils ont rencontré
Savoire au sein du même Chapitre et Conseil Philosphique L'Avenir. Savoire n'a pas participé à la fondation du Centre des Amis et est resté au GODF en 1913 tandis que Bastard ab démissionné en 1914
de la FM. En 1923, Savoire est devenu le Grand Commandeur du Grand Collège des Rites. En 1924, le Grand Prieur d'Hélvétie Montchal a exigé du successeur de Ribaucourt, Barrois, de se rapprocher du
GODF car il n'admettait pas que des CBCS appartiennent à des obédiences différentes. Devant le refus de Barrois, le Grand Prieuré d'Helvétie a interdit à la GLNIR de se dire Puissance rectifiée.
Barrois a alors constitué au sein de la GLNIR une Loge de MESA Rénovation qui a disparu dès le début des années 1930. En 1935, Savoire a été contraint de quitter le GODF. Avec l'appui du Grand
Prieuré d'Helvétie et la participation de Ribaucourt, il a créé le Grand Prieuré des Gaules. En 1938, il a voulu rejoindre la GLNIR mais il s'est heurté au refus du GM Jollois. Il a fallu attendre
juin 1958 pour qu'un accord soit conclu entre la GLNF et le Grand Prieuré des Gaules.
Contrairement à ce que pensent de nombreux Frères, Alpina n'a jamais été proche de la GLNF mais, en revanche, a toujours été liée à la Grande Loge de France (le Suprême Conseil Suisse a été
installé par celui de la rue de Puteaux). En 1966, un GM d'Alpina d'origine alémanique a interdit l'intervisite avec les Frères de la GLDF. Trois ateliers de Genève ont aussitôt fait sécession. Dès
1970, un nouveau GM francophone d'Alpina a de nouveau fermé les yeux sur la présence des Frères de la GLDF sous le prétexte de l'autonomie des VM des loges suisses. A la demande du GM de la GLNF,
la GLUA a alors suspendu pendant 18 mois Alpina (1972-74). Il a fallu toutefois attendre le début des années 1990 pour que deux obédiences entretiennent des relations officielles.
Je me devais de porter ces faits à votre connaissance.

César du bar de la marine 25/10/2012 15:54



Merci beaucoup pour ces éclaircissements précis.



Jak BOAZ 24/10/2012 22:25

...OUI, et d'ailleurs, avez-vous vu que le lien de la Maison du RER de la GL-AMF sur votre propre blog...ne fonctionne plus avec écran "Blog n'existant plus" ?

Il s'agit des premiers signes tangibles d'un retour "à la table des négociations". Le fameux projet de refondation passe par là... Avec des acteurs connus.

De la même façon, vous pourrez vous faire confirmer le fait que la GLNF version SERVEL, a stoppé net tout chantier en cours concernant la mise en place d'un équivalent "vert et rouge" au grand dame
des RER GLNF qui pensaient devenir les grands mamamouchis d'un "RER maison"...et pourquoi donc ?

Alors, résumons nous juste pour ce qui concerne le RER.
Le GPRF (Rouge) et le DLNRF (Vert) sortent de la GLNF définitivement (laissant ainsi les RER GLNF au stade du bleu) dès le 11 juin dernier lorsque intervient la déclaration de la Grande loge
Indépendante d'Helvétie retirant sa reconnaissance à la GLNF.

Simple détail ? Pas vraiment... N'oubliez pas que c'est grâce à cette dernière et la Loge Alpina, détentrice de la patente du RER que le Frère De RIBEAUCOURT partit là-bas pour solliciter l'octroi
de cette précieuse patente (où il fut armé CBCS avec 3 autres frères) a pu créer l'ancêtre de la GLNF en 1913...par une première loge RER ! Eh,oui, il y a des détails qui n'en sont pas
seulement.

Compréhensible et cohérent, le GPRF et le DLNRF n'auront donc pas attendu le 12 septembre et la décision des anglais concernant la sacro-sainte "reconnaissance".

Alors maintenant, prémices d'un retour au bercail ? Je ne suis pas devin...mais cette "ouverture" est à mon sens un signe de"très bonne volonté".

Avant même d'imaginer cette hypothèse, les Frères RER de la GL-AMF vont donc pouvoir continuer leur parcours au sein de du GPRF/DLNRF, fort bien....mais sachez que les Frères RER de la GLNF eux
aussi !...

Tant mieux, nous pourrons vérifier ensemble notre aptitude à la tolérance, fraternité en actes, au delà des mots.
Ne serait-ce pas un préliminaire nécessaire si après, après demain, le grand projet de refondation se mettait en place y gagnant promptement le fameux label de "reconnaissance" de la GLUA à la
clef, réunissant ainsi ce qui était épars ?
Qu'en pensez-vous mes Frères?
Bises à Tous,
Jak BOAZ

César du bar de la marine 25/10/2012 08:29



MBAF


Merci de m'avoir signalé que le lien ne fonctionnait plus. il y a longtemps que j'aurai du le mettre à jour. En effet l'accès réservé aux membres se fait via
la procédure d'identification du site de l'Alliance qui porte (entre autre) la partie spécifique à chaque Maison. Je vais mettre à jour les liens de notre blog.


Pour ce qui de portes qui s'ouvrent pour les FF qualifiés de la Maison des Maçons Ecossais Réguliers de l'Alliance, il s'agit de celles du Grand  Pieuré
d'Occitanie, le GPERRO.


Notre article ne fait mention du GPRF que lorsque nous mentionnons des articles plus anciens dans lesquels nous nous étonnions de l'attitude de NON 
ouverture de ce dernier. Depuis celui-ci n'a pas progressé.