Lettre d'un vieux Maçon à ses Frères membres de la Grande Loge Nationale Française qui ont tant de raisons d'en être fiers et qui voudraient bien les conserver

Publié le par César du bar de la marine


Le 22 Janvier 2010

 

Mes Frères,


Un âge certain a fait que depuis des années je me tiens à l'écart des mouvements qui agitent notre Honorable Maison. La défaveur encourue en raison de prises de positions qui n'étaient pas conformes à une certaine dérive autocratique n'y est pas étrangère non plus.

La situation dramatique actuelle me fait sortir de ma réserve. En préliminaire, laissez moi déclarer que je n'ai aucune ambition personnelle, que je n'aspire pas à devenir Grand Maître, et que féru d'historicité objective, je ne crois pas à la légende de Jeanne d'Arc.

 

Les réactions des Frères, telles qu'elles se manifestent à travers les différents sites internet auxquels j'ai accédé, révèlent un sentiment de légitime révolte devant l'intolérable.

Laissez-moi dire que cela demeurera poésie pure si une organisation solidement pensée ne crée une action cohérente. Les appels à la justice, la vérité, la fraternité demeureront ce qu'ils sont, des cris d'enfants affolés, si une ligne d'action n'est pas rigoureusement définie en vue d'une offensive,

 

Permettez-moi de dire d'abord que toutes les protestations d'illégalité contre le comportement du Grand Maître et de ses prétoriens me paraissent vaines. En effet, ils agissent dans le cadre légal de l'association tel qu'il a été institué par la modification du règlement général intervenue en 1997, votée à une majorité écrasante : plus de 20.000 voix pour et environ 250 voix contre, dont la mienne,

 

Rappelez-vous : les Grands Maîtres Provinciaux ont cette année là reçu l'ordre de se munir des pouvoirs du maximum de Frères afin de voter massivement en faveur du nouveau règlement, qui, sauf quelques modifications, est actuellement en vigueur. Les quelques voix qui se sont élevées contre n'ont pas été entendues, tant l'inertie des hommes est grande.

 

Il faut avoir à l'esprit qu'une association en droit français est un contrat dont les stipulations sont entièrement libres. La loi de 1901 n'intervient en rien dans la structuration intérieure des associations et se borne à définir leur place dans la construction juridique française. Une association peut parfaitement, sans déroger à aucun texte, décider qu'elle sera dirigée par un Grand Satrape élu à vie par acclamations et qui aura tous les pouvoirs. La situation, dont je vais vous détailler le mécanisme plus loin, qui donne la totalité des pouvoirs au Grand Maître ne peut surprendre que ceux qui ont voulu dormir,

 

N'oubliez jamais que Salazar, Mussolini, Hitler et Pétain ont atteint le pouvoir par des voies légales. Vous citerez d'autres noms de vous-mêmes. Cela ne signifie pas que nous n'avions pas le droit de les combattre.

 

Le règlement général de 1997 a complètement transformé la structure du pouvoir de la G.L.N.F., ne laissant de ce qui existait antérieurement qu'une coquille vide.

 

J'ai sous les yeux les éditions de la Constitution et du Règlement Général de1946 (c'était encore la Grande Loge Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies Françaises), 1962, 1965, dont le texte avait été rédigé lors de la fondation en 1913, et qui, quant aux pouvoirs en particulier, était demeuré constant jusqu'à 1997

.

L'article Premier, après avoir défini les pouvoirs souverains de la Grande Loge

précisait :

 

Lorsque la Grande Loge ne siège pas, tous ses pouvoirs sont exercés par le Souverain Grand Comité, sauf en ce qui concerne les modifications à la Constitution. En cas de force majeure, si le Souverain Grand Comité est empêché de se réunir valablement, ses pouvoirs sont exercés par le Grand Maître après préavis des Grands Officiers restants.

 

Les modifications de 1997 ont été légalement soumises au vote non de délégués, mais de la totalité des membres de l'association, d'où la necessité des pouvoirs dont j'ai parlé plus  haut afin que le vote, qui se déroulait à Paris et en semaine, puisse paraître être une expression de volonté démocratique.

Cependant, à l'époque le danger était apparu clairement à certains. J'ai également sous les yeux la lettre qu'un Très Respectable Frère adressait au Grand Maître Charbonniaud.

 

Après avoir présenté ses excuses de ne pouvoir assister à la réunion du Souverain Grand Comité du 23 Octobre 1997 en raison d'impérieux engagements professionnels, il écrivait :

 

Je me permets cependant de vous faire part de quelques réflexions sur le projet qui nous est soumis, car celui-ci, sur un point fondamental bouleverse la structure des pouvoirs de l'Ordre.

En effet, l'article 1er actuellement applicable prévoit :

 

que tout pouvoir émane de la Grande Loge

que lorsque la Grande Loge ne siège pas, ses pouvoirs sont exercés par le Souverain Grand Comité

 

qu'en cas de force majeure, si le Souverain Grand Comité est empêché de se réunir valablement, ses pouvoirs sont exercés par le Grand Maître après préavis des Grands Officiers restants (donc immédiatement disponibles).

 

Le nouvel article 2.2 définissant la mission et le rôle du Souverain Grand

Comité prévoit seulement qu'il examine toute question qui lui est soumise par le Grand Maître.

 

Donc, en dehors de la désignation du candidat à la Grande Maîtrise, qui ne sera désigné que par le vote de la Grande Loge, le Souverain Grand Comité est devenu purement consultatif, sans plus aucun pouvoir autonome.

 

Par contre, les pouvoirs propres du Grand Maître sont très puissamment renforcés. Dans le texte actuel, la notion d'exercice du pouvoir exprime que le Grand Maître, Primus inter pares, exerce dans l'intérêt de tous des pouvoirs qui ne lui appartiennent pas.

 

Le texte nouveau de l'article 3.2 stipule que le Grand Maître détient sespouvoirs de la Grande Loge par délégation.

 

Cette délégation résultant de son élection et du règlement général, il dispos désormais de pouvoirs propres, autonomes, particulièrement puissants, sans contrôle possible pendant la durée de son mandat, notamment pas par un Grand Comité qui, n'ayant plus aucun pouvoir, n'est manifestement plus Souverain.

 

Cette situation est d'ailleurs renforcée par les textes de l'article 10 des statuts concernant la désignation du Conseil d'Administration et l'article 3.2 du règlement général définissant les pouvoirs du Grand Maître.

D'un pouvoir régalien dans un cadre hiérarchique mais constitutionnel, l'on passe à un pouvoir strictement personnel, avec toutes les tentations et tous les risques de l'autocratie.

En tant que membre de l'association, je serai donc au regret de voter et d'appeler à voter contre l'adoption de ce règlement général, puisque étant soumis en bloc à    l’approbation, il ne peut être rejeté qu'en bloc. Croyez ...

 

Notre Frère a adressé copie de sa lettre aux membres de différents ateliers, et quelques lectures en loge en ont été faites. Pour autant que je le sache notre Frère n'a jamais eu de réponse de quiconque, la plupart de nos Frères ayant considéré que ce texte de commentaire juridique était tout simplement rébarbatif et, que diable, nous étions en Franc-maçonnerie et ces subtilités ne pouvaient nous concerner et ne nous concerneraient jamais.

 

Il demeure qu'après des dérives autoritaires que nous avons tous pu constater, nous en sommes aujourd'hui à l'autocratie pure, simple et légale.

Cependant, ne désespérons pas. Si les difficultés que nous rencontrons résultent du fait que nous sommes intégrés dans la construction juridique d'une Association Loi de1901, la force qui est la nôtre vient de ce que nous sommes dans une Association Loi de 1901 et que comme telle, la loi française s'y applique.

 

La France, mère des arts, des armes et des lois, n'est ni la Russie de Staline, ni l'Iran de Khomeini. Elle est un état de droit, c'est à dire que tout y est autorisé, sauf ce qui est explicitement interdit. C'est le même principe qui régit les Associations, ce qui signifie que l'on ne peut pas nous interdire quoi que ce soit au motif vague que cela est "contraire aux usages", si cela n'est pas formellement interdit par le Règlement Général,

 

Nous avons donc le droit de nous réunir dans nos Temples ou ailleurs, nous avons le droit de parler de ces difficultés et de ces dérives en Loge, nous avons le droit d'adresser à notre hiérarchie des protestations et des demandes d'explication, nous avons le droit de rédiger et de faire circuler des "cahiers de doléances" pour faire connaître notre réprobation, nous avons le droit de ne pas reconnaître ceux qui ont été désignés pour nous régir en violation des règles instituées. Nous avons le droit de réclamer que soit rétabli un Souverain Grand Comité digne de ce nom ; je dirais non émasculé si je ne craignais pas qu'on confonde principe de masculinité avec machisme.

 

Tout Frère a le droit de se présenter comme candidat à la Grande Maîtrise, dans la mesure où le règlement général n'énonce pas que le choix de "l'ex-Souverain mais toujours Grand Comité" est le seul possible. Ce candidat a de même le droit de faire campagne. Nous avons le droit d'exiger de lui, comme de celui qui serait désigné par le SGC, qu'il fasse connaître quel est son programme de gouvernement.

 

L'on n'est pas Grand Maître de droit divin, mais pour devenir, en raison du choix des Frères, Primus inter pares, le Premier parmi ses Egaux !

 

La bataille sera un combat de volontés, mais aussi de textes, et à ce propos, je vous invite à vous reporter à la lettre justificative que nous a adressée le Grand Maître avec le numéro d'Actualités de Janvier 2010, plus particulièrement à sa péroraison, page 8, colonne 1, lignes 22 et 23 :

 

"Les Grandes idéologies ont fait faillite, les religions traditionnelles se sont soit

affadies, soit radicalisées". Chacun de nous a le droit de penser ce qu'il veut en matière d'idéologie et de religion, mais en tant que Maçons Réguliers, nous ne devons jamais oublier que la Franc-maçonnerie n'est pas une religion et que la constitution de la G.LN.F. prècise dans ses principes fondamentaux que la Franc-maçonnerie "impose à tous ses adeptes le respect des opinions d'autrui, et leur interdit toutes discussions politiques et religieuses".

 

En s'exprimant comme il le fait, le Grand Maître se lance dans une appréciation à caractère religieux ne respectant pas l'opinion d'autrui, et plus particulièrement celle des Frères qui adhèrent à une religion quelle qu'elle soit. C'est là, sans même parler d'une volonté d'ouverture politique intolérable quel que soit le pouvoir en place, une attitude qui viole ouvertement les principes de base de la régularité.

 

Or, dans la mesure où le Grand Maître agit en vertu de la délégation des pouvoirs de la Grande Loge, c'est l'opinion globale de la G.L.N.F. qu'il exprime, donc la vôtre. Vous voici devenus, mes Frères, membres d'une obédience irrégulière.

 

Ma conclusion sera simplissime : aux armes citoyens, consultez-vous, réfléchissez, n'oubliez jamais que la légalité est notre arme. L'action entreprise relève de la gageure, car elle doit être subversive en respectant le droit. Un des maîtres à penser de la subversion l'a déjà dit :"Tous les moyens sont bons, même les moyens légaux".


Vous allez vous réunir pour réfléchir ensemble, mais permettez-moi de vous dire ce que m'a appris mon expérience : chaque fois que vous serez réunis, un traître sera parmi vous, qui agira par lâcheté, par ambition ou simplement par goût des dorures, mais gardez confiance et courage.

 

Fraternellement à vous tous,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anariex 03/02/2010 20:44


alors ! Quand allez vous faire circuler une pétition, un cahier de doléances ... ?
Anariex


lillas 01/02/2010 10:39


BBAAFF

Partir ? ou Rester ?

CONSTATATIONS :
Je n'ai pas changé de voie.
La GLNF a changé de voie, Elle dévie .
Je n'ai plus ma place dans cette GLNF.

CHOIX :
Face à cette constatation j'ai donc plusieurs possibilités.

Je reste, donc je me sousmets et j'accepte. Entre autre j'accepte la sécularisation de l'Obédience . Je ne porte pas un tablier pour traiter les faits de société. C'est NON !

Je parts, donc je laisse la place aux marchands du temple. J'abandonne un merveilleux outil de progression à ceux qui en détournent les bienfaits. C'est NON !

Je reste et je résiste et ensemble nous arrivons à rénover de l'intérieur en douceur et avec fraternité , là c'est le retour au pays natal, le bonheur . Mais je n'y crois plus !

Je reste et je résiste et nous arrivons pas au pays natal. Cet l'échec entraine notre fin. Mais là je mettrais mon point d'honneur à ne pas laisser un outils en état de nuire. FF de PACA souvenez
vous du 27 novembre 1942, le sabottage de la Flotte à Toulon ! Les militaires ont coulé tous les navires en rade plutôt que de les laisser entre des mains hostiles. Le nom de code de ce sabotage ?
: opération LILAS !
Donc en plus du Myosotis, j'opte pour le LILAS. Désolé , mais ce choix s'impose à moi . Désolé pour MA GLNF , mais je la respecte trop pour l'abandonner ainsi entre des mains hostiles.

Je reparts dans la clandestinité et signe à nouveau sous un pseudo
LILAS


LECIRE 30/01/2010 11:49


Edifiant et constructif. Merci mon Frère. Nous y sommes: remplacer la Nomenklatura en place par la mobilisation de tous les frères désireux de ce changement, par voie interne, si possible.Mais, tel
est bien le problème, tout étant si bien administrativement,que seule une action légale concertée à l'initiative d'un spécialiste du Droit des Associations ( il doit bien y en avoir un parmi nous,
sinon plusieurs?), pourrait exiger ( un référé?)la convocation d'une Assemblée Générale Extraordinaire avec un ordre du jour précis visant au remplacement des instances dirigeantes, la modification
des règlements internes et la publication, sinon l'audit, des comptes de cette Association Loi 1901, qui est de droit français et soumise au mêmes Lois que les autres ?
Si nous sommes dans l'impossibilité de réagir de l'intérieur,( que quelqu'un nous explique pourquoi svp.) l'autre solution s'imposera d'elle-même:


Jean-Paul 30/01/2010 11:04


MMBBCCFF,
Cette lettre, pleine de sagesse et de bon sens donne un bon éclairage sur la situation et sur les pistes que nous devons expoiter.
Comme le dit notre F, il est certain que des FF inféodés à F.S.infiltrent nos réunions, mais cela ne doit pas nous intimider parce-que, la Vérité finit toujours par l'emporter sur la félonie, c'est
juste une question de détermination et de temps.
BF
J-P


Baiily YannickI 29/01/2010 16:24


Oui, mes freres du paca debout nous avons besoin de vous,l'histoire de notre maçonnerie s'ecrit tous les jours par tous les freres qui la composent. Prenez part a l'histoire,tel est notre
devoir.
Je suis sur depuis le debut que nous gagnerons a condition que nous restions unis.

Je pense que la GLNF dans sa forme actuelle va mourir et qu'une nouvelle GLNF est en train de voir le jour. ALORS ESPERONS ESPERONS TOUS ENSEMBLES.

YANNICK BAILLY ORIENT DE TOURS