LETTRE N° 3 de la MAISON des Maçons du REAA

Publié le par César du bar de la marine

Mes frères,

 La Grande Loge nouvelle progresse ainsi que vous pourrez le lire dans la lettre N° 3 ci-dessous de la Maison des Maçons du REAA.

Il y est notamment fait référence aux loges pétionnaire pour la création de cette nouvelle Grande. Loge, il est évident et souhaitable que des loges de tous les rites soient pétionnaires.

César  invite les VM des loges candidates à prendre contact soit avec la Maison de leur rite, soit avec le secrétatiat de l'ULRF logesregulieres@gmail.com

Fraternellement

César

 

Mes Très Chers Frères

Ce mot pour vous informer le plus clairement possible des raisons de notre assemblée générale de la Maison des Maçons du REAA du 24 mars prochain dans le Grand temple de Neuilly-Bineau.

 

Depuis quelques jours, vous êtes assaillis de mails, de communications et de déclarations de candidature d’hommes, dont le plus petit dénominateur commun est d’être des dignitaires de la GLNF ; et le plus grand dénominateur, de s’être cantonné depuis des mois à un silence assourdissant au prétexte de mener une « lutte de l’intérieur » contre les dérives autocratique des équipes structurées de l’ancien Grand Maître.

 

La seule raison de toute cette agitation électorale est une lettre de l’avocat de Me Legrand du 24 février, appelant à la convocation d’un Souverain Grand Comité (collège des membres de droit) aux fins de désigner le 30 mars, un nouveau Grand Maître !

 

Le flou, probablement délibéré, de ce courrier, appelle la reconstitution d’un collège électoral antérieur à la démission de François Stifani, en y mettant toutefois certaines conditions qui sont injustifiables : les frères et les Loges, suspendus, radiés ou « démissionnés », peuvent être réintégrés mais seulement après avis d’une « commission » dont la composition reste incertaine et moyennant un engagement de payer les cotisations 2010/2011, lesquelles ont été « votées » le 4 février dernier par un corps électoral totalement tronqué !

 

Au surplus, la réintégration suppose la souscription par le demandeur d’une renonciation préalable à contester la décision de ladite Commission, ce qui signe une atteinte grave aux garanties les plus élémentaires d’impartialité ; surtout lorsqu’on sait que sa composition devrait intégrer un ou plusieurs membres de la mouvance de François Stifani.

 

Ainsi, Me Legrand, après avoir laissé François Stifani remodeler le corps électoral au gré de son intérêt personnel ou de celui de son entourage immédiat, se prend brusquement de renverser la vapeur, semant ainsi un trouble légitime dans l’esprit de nombreux Frères, qui voient dans cette proposition une possibilité de sortie de crise et se posent la question de savoir s’ils doivent payer leur cotisations.

 

Pourtant la solution la plus sage et la plus claire eût été de décider simplement, sans aucune condition particulière, que le Collège des membres de droit serait celui qui existait dans sa composition du 21 janvier 2011 ; en accordant un avoir sur cotisations aux frères s’étant acquittés de leur capitation 2010/2011.

 

Mais tel n’est pas le cas. Alors, devant une telle opportunité, les appétits de pouvoir ont resurgi, avec force promesses, allant d’une modification des statuts de 1997 à un à un retour à ceux de 1986 ; en les assortissant de termes dont la signification est malheureusement purement formelle tels que : fraternité, chaine d’union, égrégore… empruntés à nos pratiques maçonniques, et qui par la volonté subite d’un administrateur judiciaire se retrouveraient au goût du jour.

 

Nous pouvons être sûrs que ces propositions, qui ressemblent à un rafistolage, laisseront ressurgir rapidement les appétits de promotion, la course aux décorations, qui sont les vecteurs de cette maçonnerie de parade, dépourvue de sens initiatique, dont nous ne voulons plus.

 

D’ailleurs la décision de Madame Legrand a aussitôt suscité la réaction de François Stifani qui se dit toujours Grand Maître et seul en droit de convoquer le Souverain Grand Comité, en accusant l’administrateur de confondre sa mission purement civile avec l’autorité maçonnique dont il serait investi jusqu’en décembre 2012. Celui-ci demande maintenant aux tribunaux d’interdire la tenue de ce Collège.

 

Nous sommes donc repartis dans un procès du moyen-âge conçu pour durer 100 ans !

 

Ces événements mes Frères me font vous dire que nous ne sommes plus seulement à la croisée des chemins, mais aussi que l’heure du choix est à présent venue.

 

En rejoignant l’U.L.R.F, vous avez témoigné de votre volonté, conformément à notre convention nationale du 28 janvier, de redonner à la Loge, tout à la fois, son pouvoir initiatique et son indépendance décisionnaire et financière, afin de ne plus assister aux prélèvements sauvages dont les loges, partout en France, ont été les victimes.

 

La seule façon d’éviter la récidive de ces dérives, est, de ne pas reconstruire sur une base branlante ou infectée, mais de bâtir notre avenir sur des fondations nouvelles, solides et respectueuses des Loges et ses Frères qui les animent.

 

C’est le sens de la demande qui vous a été faite de devenir loge pétitionnaire, ce qu’ont déjà fait en quelques jours de nombreuses loges, dont plus de 50 loges du REAA, et parmi elles l’une des plus anciennes, sans doute aussi l’une des plus courageuses, dont l’existence est antérieure à la révolution française, qui tient sa régularité directement de la GLUA et qui fût co-fondatrice en 1913 de la GLNIR devenue ensuite la GLNF.

 

Nous devons désormais redonner un sens à notre démarche sans nous laisser endormir par les illusions d’une reconstruction de l’intérieur. D’ailleurs, si celle-ci devait intervenir, ce que nous avons du mal à imaginer dans le désordre actuel, il serait toujours temps de regagner une GLNF totalement régénérée ; mais il faut bien admettre aujourd’hui que la patience dont nous avons fait preuve n’a pas eu les effets escomptés. C’est la raison pour laquelle nous avons organisé, dès avant l’annonce de la disgrâce subite de l’ancien Grand Maître, une assemblée générale de la Maison des Maçons du R.E.A.A.

 

Il s’agit de vous exposer, sans détour, le projet de l’Union afin de recueillir une dernière fois vos observations et vos recommandations sur un projet déjà  structuré à partir des orientations définies en commun lors de la convention nationale de l’Union pour mise en œuvre immédiate.

 

Ainsi, l’assemblée du 24 mars, permettra :

 

de vous exposer le schéma pressenti de notre future Grande Loge et son articulation avec les Maison des rites.

 

de vous exposer un état prévisionnel de notre budget de fonctionnement ; ce dont nous n’avons encore jamais parlé, mais auquel il est temps de réfléchir.

 

de vous donner la parole !

 

La régularité de notre pratique maçonnique est, avant tout, inscrite dans nos cœurs et reste à traduire dans nos règlements.

 

Quant à la reconnaissance internationale elle sera appréciée d’abord en regard de cette régularité, mais aussi en fonction de l’importance numérique de notre engagement. Sachez que 350 Loges écossaises ont déjà adhéré à l’U.L.R.F.

 

Si votre loge partage notre vision, il est de votre responsabilité de répondre par votre présence, ou en vous faisant représenter, à notre assemblée générale.

 

Notre activité maçonnique ne doit jamais empiéter de façon trop importante sur nos obligations familiales ou professionnelles qui correspondent à nos premiers devoirs, mais il s’agit d’un moment important de notre histoire et notre dynamique reste le meilleur gage de notre réussite.

 

J’espère avoir été le plus clair possible, sur la direction vers laquelle nous pouvons nous diriger.

 

Quant aux moyens d’y parvenir seul votre engagement personnel, dans le cadre d’une action collective, nous permettra de les obtenir.

 

Nos Frères du rite Français, représentant un nombre important de Loges, se réuniront le même jour à Tours, et les Maisons des Rites Anglo Saxons, sont en voie de structuration.

 

Sachons, par notre détermination, affirmer notre désir de rebâtir avec elles, cette grande obédience multi-rites, que nous appelons de nos vœux.

 

Je vous remercie d’avoir bien voulu m’accorder quelques instants de votre temps, je vous dis au 24 mars, et je joins à ce courrier les bulletins de participation et de déclaration d’intention de loge pétitionnaire, qui seront à nous faire parvenir, pour des raisons d’organisation et de sécurité, avant le 15 mars prochain.

 

Très Fraternellement.

Par Charles TORDJMAN

 

ci-joint:

Bulletin pour loge Pétitionnaire

Bulletin de participation à l'Ag du 24 mars

 



 

 

Commenter cet article

l'apprenti 06/03/2012 22:21

alors comme ça, malgré la tournure que prennent les évènements, à savoir notre grande maitresse qui va dans le sens de l'opposition, alors qu'Alain Juillet a une chance d'accéder à la GM et ainsi
redonner espoir à la majorité des FF, on continue à nous marteler la nouvelle obédience!! César malgré tout le respect que j'ai pour toi, je vais finir par croire que tout ceci était orchestré
depuis longtemps, et que certains ont été pris pour des toupies. Si c'est ça rien à faire dans un camp ou l'autre, une basse lutte de pouvoir des deux côtés.
Mais l'avenir nous le dira, bientôt les masques tomberont
Avec le compas de ma conscience, seul guide de mes convictions.
frat. l'apprenti

César du bar de la marine 07/03/2012 00:27



Me Legrand n'est plus aussi à l'écoute de stifani et de son clan, et cela FS n'en avait pas l'haitude, d'où l'action en justice qu'il engage contre certaine
de ses actions.


MAIS remarque bien que Me Legrand fonctionne et maintient en vie le système stifanien.   Fais bien attention car le système stifanien
n'est pas mort, cela reste les SGC qui conserve les clefs !


Il n'y avait aucun plan prémédité ou entourloupe de notre part. Nous avons fait l'analyse de la dégradation de la situation de la GLNF provoquée par
l'inaction de me  Legrand, même si dernièrement elle a changé son fusil d'épaule; sauf pour une chose faire encaisser et encaisser elle-même.