APPEL A LA GLUA pour faire cesser le SCANDALE de la GLNF

Mes Frères,

 

La crise sans précédent de notre obédience provoquée par le comportement suicidaire pour la GLNF de notre ex "guide spirituel",  ne n'est pas un désastre seulement pour la GLNF elle-même. L'ensemble des Grandes Loges Françaises sont affectées.

Aussi, événement sans précédent, dans l'histoire de la Maçonnerie trois personnalités issues des entités maçonniques françaises  parmi les plus importantes viennent d'adresser un courrier commun  à la Grande Loge Unie d'Angleterre afin qu'elle intervienne pour faire cesser le scandale de la GLNF.

 

Vous trouverez ci-après, d'une part le lien vers l'article du blog la Lumière, dans lequel F. Koch nous livre la lettre que viennent d’écrire ces trois des personnalités parmi les plus marquantes de la Maçonnerie non régulière, et d'autre part, ci-dessus la réponse que vient de produire notre Frère Tamino.

 

Fraternellement,

César.

 

 

 "C’est un vieux débat que celui-ci, qui repose en partie sur des péripéties historiques, en partie sur des clivages plus politiques que vraiment maçonniques, en partie sur des luttes d’influence.

Au-delà de ces conceptions dans laquelle s’opposeraient des spiritualistes, des sociétaux ou des libéraux, on voit bien que Maçonnerie est un terme pour le moins ambigu si l’on veut bien considérer qu’il recouvre des approches multiples, mais qui avaient au fil du temps trouvées chacune leurs « clientèles ».

 

La crise que subit notre obédience relance la réflexion sur nos propres fondamentaux – il en a été souvent question dans nos colonnes – mais aussi sur la place de la Franc Maçonnerie dans le cœur des Frères qui la composent dans chacune des obédiences, dans la société, dans la vie spirituelle de chacun, dans les réactions à construire pour un monde en crise, pour un mouvement qui, bien que se voulant universaliste, décline cette profession de foi en de multiples variantes…

 

Le cri d’alarme lancé à la GLUA par ceux pour lesquels elle n’est pas grand-chose d’autre que le résidu fossile d’une époque révolue prend sa place dans ce grand questionnement. Nul ne peut prétendre en effet que la seule GLNF ressent des symptômes de ces bouleversements. Et tirer sur l’ambulance que nous sommes devenus par la « grâce » de Stifani ne serait pas digne de ces personnalités certainement respectables si nous ne subissions pas tous, à des degrés certes divers ( !) la même pression entre une société en évolution, une tradition qui semble se vider de sa substance et une image plus que dégradée.

 

Ce qui est certain, c’est que la folie de Stifani, les conséquences qu’elle a eue et qu’elle continue d’avoir sur la perception de la Maçonnerie chez les profanes est une totale catastophe.  

                                                                                                      Devenue instrument de pouvoir, ou pire, instrument des pouvoirs, nous perdons notre âme dans une GLNF pervertie. C’est d’autant plus grave que cela attire chez nous de plus en plus de personnes qui viennent nous rejoindre pour les plus mauvaises raisons qui soient : fantasmes d’un réseau tout puissant, affadissement d’une spiritualité devenue produit de consommation, épanouissement de pseudos pouvoirs se substituant aux échecs de la vie profane, etc…nous sommes, dans cette obédience, plus malades que d’autres, c’est évident, à cause de Stifani, de ses relations douteuses, de ses compromissions politico-médiatiques, et de son goût immodéré pour le métal.

 

Mais nous savons tous que notre boulangère ne fait guère la différence entre le GO, la GL et nous, ou les autres corps obédientiels : ce qui est en train de nous tuer met en péril toutes les obédiences.

 

Que fera ou ne fera pas la GLUA face à ce courrier ? Nous avions des échos de l’exaspération du duc de Kent (Brother Edward comme l’appelle notre guide déchu !), nous savions par nos contacts que le mouvement entamé par la suspension de la reconnaissance ne s’arrêterait pas, quand bien même Stifani remettrait son mandat vendredi, puisque cela ne serait qu’une manœuvre du style Poutine/ Medvedev, avec son éventuel remplacement par un clone complaisant.

 

Non, les choses sont allées trop loin, les divisions sont trop profondes, les attentes trop fortes pour qu’il ne se passe rien de fort, de décisif, de constructif pour l’avenir de la GLNF, mais aussi de la Franc Maçonnerie française désormais engagée dans une réflexion sans complaisance sur son avenir, qui aura un chemin au moins en partie commun.

 

Nous devrons être présents dans ce débat auquel nul n’échappera, qui engagera nos Loges souveraines et tous les frères éclairés par ces mois de lutte, qui furent aussi des mois de réflexion adulte, et qu’il faudra bien concrétiser par une construction, si ce n’est une reconstruction, conforme cette fois-ci à nos idéaux.

 

Ce n’est pas à des dignitaires extérieurs à notre obédience, bien entendu, ou à des individus dévoyés par un système corrompu que nous devrons le salut de notre futur maçonnique. C’est à nous seuls, au fond de nos Loges, seule ligne de défense des idéaux qui nous sont chers, au-delà de nos différences mêmes, qu’il appartiendra de refonder – quel enjeu, quel espoir – une Maçonnerie française semblable à celle qui a tant fait pour nous et pour nos Frères au cours des siècles.

 

Préparons-nous à ce travail, sans oublier le quotidien du combat à mener, mais en sachant vraiment ce que signifie pour nous être Franc-maçon.