FLASH 10 janvier TGI– SALE TEMPS POUR Me LEGRAND qui vient d’être condamnée.

Publié le par César du bar de la marine

Mes frères,

 

Décidemment  il fait sale temps pour Me Legrand. 

Après la remise en cause de ses énormes honoraires  dans l’affaire COSEM relatée hier par le blog La Lumière, Me Monique LEGRAND, en tant qu’Administrateur provisoire de la GLNF, vient ce jour d’être condamnée par le TGI de Nanterre pour une affaire qui nous concerne très directement.

L’audience de l'affaire COSEM d’hier devant la Cour d'Appel, était particulièrement intéressante car on y retrouve les mêmes modes de fonctionnement  et de prélèvement de sommes colossales par Me Legrand et ses proches pour des prestations  limitées (c’est le moins qu’on puisse dire) ainsi que les mêmes acteurs que ceux que nous rencontrons à la GLNF.

Mais l’affaire  APHEC  nous concerne encore plus directement, puisque Me LEGRAND, prenant la suite des actions du fameux  ZECCH…, ce brillantissime et délicat serviteur de l’ex guide spirituel,  avait tenté de priver de leur temple les Frères qui se réunissaient pour travailler dans leurs  locaux de l’APHEC.  

 Ces derniers ayant attaqué Me LEGRAND,  avec à leur tête notre Frère Charles  TORDJ … pour président de leur association  locale. (le même  Charles TORDJ… ex GMP qui est membre du Conseil d’Administration provisoire de l’ULRF).

Ainsi ce jour, Me LEGRAND vient d'être condamnée à payer, es qualité,  à l’APHEC (ici lien vers ordonnance de Référé) la somme de 11200 euros en liquidation de l’astreinte, ainsi que la somme de 2500 euros en application des dispositions de l’article 700 du CPC.

Même si elle est condamnée, es qualité, cette condamnation est très significative car elle constitue la sanction d’une attitude et d’un parti pris, qui vont à l’opposé de ce devraient être ceux d’un professionnel.

Enfin notons aussi cette belle phrase du TGI  de Nanterre : « Ordonnons, si besoin avec le concours de la force publique, l’expulsion de la GLNF et de tous occupants de son chef des locaux situés 28-30 rue Lucien Voilin à Puteaux ».

César se demande s'il ne s’agirait-il d’une phrase prémonitoire, pour d’autres lieux ?

Fraternellement

César

 

 

Commenter cet article